Remaniement : pour #NousToutes, « l'Élysée et Matignon ont très mal géré cette crise »

© SEVGI/SIPA

Pauline Baron, coordinatrice du collectif féministe #NousToutes, se réjouit de l’éviction de l’ancien ministre des Solidarités mais déplore la lente réaction du gouvernement et le maintien en poste de deux autres ministres accusés de viol.

C’est un remaniement au goût amer. Damien Abad, visé par une enquête pour « tentative de viol » et mis en cause dans plusieurs accusations d’agressions sexuelles, n’a finalement pas été reconduit dans ses fonctions de ministre des Solidarités, lundi 4 juin. Si #NousToutes salue l’éviction de l’ancien membre des Républicains, la confirmation au gouvernement de deux autres ministres accusés de viol – Gérald Darmanin et Chrysoula Zacharopoulou – crispe le collectif opposé aux violences de genre. Pour ELLE, Pauline Baron, porte-parole de #NousToutes, réagit à chaud au remaniement du gouvernement Borne.

Lire aussi >> Affaire Damien Abad : « Il serait temps d’écouter les victimes »

ELLE. Damien Abad ne fait plus partie du gouvernement. Enfin ?

Pauline Baron. On peut dire « Enfin ! » mais ça a été extrêmement laborieux. L’Élysée et Matignon ont très mal géré cette crise. Le gouvernement s’est dérobé alors que la lutte contre les violences de genre est à nouveau la grande cause du quinquennat. Là, des accusations étaient portées à l’encontre d’un ministre. Le gouvernement avait une responsabilité morale d’intervenir immédiatement. Finalement, ils ont juste bénéficié d’un timing en leur faveur. S’il n’y avait pas eu ces élections législatives qui ont engendré un remaniement, qu’est-ce qui se serait passé ? Est-ce que l'on serait encore en train de demander son éviction du gouvernement ?

ELLE. Quel...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles