Si vous avez un rhume et que vous êtes au travail, cette info vous concerne !

© GettyImages

Vous avez la gorge en feu et le nez qui coule mais vous êtes quand même sur le chemin du travail ? 35 % des Français font comme vous ! C’est le constat d’une étude Monster, un site d’offres d’emplois, parue le 30 novembre 2016.

Culpabilité, crainte de « représailles », pression de la part de l’employeur ou manque d’argent : de nombreuses raisons poussent les salariés à se rendre au travail alors qu’ils sont malades, rapporte une étude Monster publiée en novembre 2016. Pourtant, lorsqu’on leur demande, 59 % des sondés avouent qu’ils préfèreraient prendre un jour de repos… Étonnant, non ? Ceux qui le peuvent, en revanche, travaillent depuis leur domicile. Selon l’étude, ils sont 6 % à opter pour le télétravail afin de continuer afin de remplir leur mission sans pour autant « contaminer » leurs collègues. Cette alternative n’est cependant pas envisageable pour tous les métiers et seulement 17 % des salariés le pratiquent en réalité.

« L’arrêt maladie ne doit pas devenir un luxe ou être perçu comme un signe de faiblesse »

Est-ce vraiment une bonne chose de se rendre au bureau lorsqu’on est malade ? « Venir souffrant au travail ne fera que vous desservir et peut, à terme, mettre votre santé en danger. L’arrêt maladie ne doit pas devenir un luxe ou être perçu comme un signe de faiblesse, mais bien comme un droit nécessaire pour récupérer ses capacités », alerte Karl Rigal, responsable éditorial de Monster.fr, dans un communiqué. Malheureusement, de nombreux collaborateurs n’ont pas le choix et finissent par pratiquer le surprésentéisme, c’est-à-dire « le fait d’aller travailler alors que son état de santé aurait nécessité un...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi