Publicité

Rouler sur l'or, un sommeil de plomb... D'où viennent ces 5 expressions sur les métaux ?

La richesse de la langue française réside dans ses expressions imagées, héritage d'une histoire foisonnante et de traditions diverses. Parmi ces trésors linguistiques se trouvent celles liées au métal, un élément omniprésent dans notre quotidien et notre imaginaire collectif. Ces expressions, empreintes de métaphores et de symbolisme, nous invitent à explorer les multiples facettes de ce matériau, allant de sa solidité à sa malléabilité, de sa brillance à sa rugosité.

Autrement dit impeccable. Déjà utilisé sous forme d’alliage trois millénaires avant J.-C., le nickel, très abondant dans les météorites, n’a été isolé qu’en 1751 par le chimiste suédois Axel Fredrik Cronstedt. Les mineurs allemands chargés de son extraction l’ont baptisé Kupfernickel (littéralement "lutin du cuivre"), de Kupfer, cuivre et Nickel, abréviation de Nikolaus, nom d’un lutin espiègle. Ce choix étonnant s’explique par le folklore germanique, selon lequel le monde souterrain est peuplé d’esprits malfaisants, qui dérobent les minerais précieux. D’une dureté remarquable, le nickel est parfois employé seul ou en addition le plus souvent dans les alliages modernes, car il améliore la résistance des matériaux. Plus récemment, on dit aussi : "Nickel chrome".

Le précieux métal jaune a toujours occupé une place de choix dans l’imaginaire collectif. Dès l’Antiquité déjà, l’or, du latin aurum, est au cœur de nombreuses légendes. Au XVIe siècle, ce sera l’Eldorado, pays mythique rêvé des conquistadors. Tout naturellement, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite