Publicité

Le Sénat favorable à l'inscription dans la Constitution de la « liberté » de recourir à l'IVG

Changement de pied au Sénat : la chambre haute à majorité de droite a voté mercredi en faveur de l’inscription dans la Constitution de la « liberté de la femme » de recourir à l’IVG, une formulation qui abandonne la notion de « droit » chère à la gauche, mais permet à la navette parlementaire de se poursuivre.

Au terme d’un débat passionné, le vote a été acquis par 166 voix pour et 152 contre. Même si le chemin est encore très long avant une possible adoption définitive par le Parlement - qui devrait être en plus suivie d’un référendum -, le groupe socialiste s’est immédiatement félicité d’une « avancée majeure pour le droit des femmes », tandis que le groupe écologiste saluait « une victoire historique ». « Historique », a aussi réagi sur Twitter la cheffe de file du groupe LFI à l’Assemblée nationale Mathilde Panot.

Les sénateurs examinaient, dans le cadre d’une niche parlementaire réservée au groupe socialiste, une proposition de loi constitutionnelle LFI votée en novembre en première lecture par l’Assemblée nationale avec le soutien de la majorité présidentielle.

Droit ou liberté ?

Le texte de cette proposition de loi a été complètement réécrit, via un amendement du sénateur LR Philippe Bas. Il propose de compléter l’article 34 de la Constitution avec cette formule : « La loi détermine les conditions dans lesquelles s’exerce la liberté de la femme de mettre fin à sa grossesse ».

Une rédaction qui ne fait plus référence au « droit » à l’IVG, ce que déplore unanimement la gauche, tout en assumant d’avoir agi « en responsabilité » pour permettre à la navette parlementaire de se poursuivre. Car un rejet pur et simple du texte par le Sénat se serait soldé par son enterrement.

Une proposition de loi...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi