Publicité

Et si on s’offrait un bijou en or et platine ?

S’il y a bien une saison où on peut se faire un petit (beau) plaisir, c’est pendant les fêtes de fin d’année. Dans notre ligne de mire, justement, les magnifiques bijoux Mené.

C’est peut-être l’une des jeunes marques qui nous fait le plus envie en ce moment. Mené est né en 2017 de l’imaginaire de Roy Sebag, un homme d’affaires visionnaire, et de Diana W. Picasso, petite-fille de Pablo Picasso, mais surtout une historienne d’art réputée, autrice de nombreux ouvrages et commissaire d’expositions d’art moderne. À ce moment de la création, les deux complices font un constat évident : « L’industrie moderne de la joaillerie galvaude la valeur intrinsèque de l’or et du platine en employant des alliages chimiques artificiels qui ne permettent pas aux métaux précieux de laisser s’épanouir leurs exceptionnelles propriétés naturelles d’indestructibilité et de rayonnement », nous explique le communiqué. Ils veulent alors revenir à l’état le plus brut du bijou. Ils créent donc une gamme de pièces en or massif et en platine 24 carats. Les prix suivent la courbe des prix de l’or et du platine, auquel ils ajoutent une marge de 20 à 30%.

 A lire aussi :  Peut-on porter des bijoux dorés et argentés ensemble ?

Dans cette démarche résolument moderne et pleine d’authenticité, l’approvisionnement se fait dans des mines éthiques qui garantissent des pratiques environnementales strictes, avec un impact minimal sur les communautés locales. Côté design, les bijoux sont tantôt très ornementaux, tantôt plus subtils. Mais incontestablement, Mené se veut être une marque pour les gens audacieux, qui ne...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi