1 / 7

Sabrina Ouazani et Chloé Jouannet, rayonnantes membres du jury au Festival de l’Alpe d’Huez 2020

La semaine de la comédie est lancée ! La 23e édition du Festival international du film de comédie de l’Alpe d’Huez s’est ouverte mardi 14 janvier, avec la projection du film hors-compétition « Le lion », réalisé par Ludovic Colbeau-Justin et avec le duo Dany Boon- Philippe Katerine. Dans cette histoire, un médecin en hôpital psychiatrique qui souhaite retrouver sa fiancée disparue, fait évader l'un de ses patients qui prétend être agent secret. Dans les habitués du festival, Michèle Laroque, qui réalise et tient le rôle principal dans « Chacun chez soi », aux côtés de l’acteur et humoriste belge Stéphane de Groodt (« Kaboul kitchen », « Le jeu »), également à l’affiche de « Tout nous sourit ». Après « Brillantissime » (2017), Michèle Laroque signe là son deuxième film en tant que réalisatrice. Autre habituée, Florence Foresti. Cette année, elle revêt l’uniforme pour incarner une policière corrompue dans « Lucky » d’Olivier Van Hoofstadt, avec Michaël Youn et Alban Ivanov. Michaël Youn présentera lui son troisième long-métrage, « Divorce club », avec Arnaud Ducret et François-Xavier Demaison. Arnaud Ducret est également à l’affiche de « Mine de rien », premier long-métrage de Mathias Mlekuz. Lui et Philippe Rebbot (« 100 kilos d’étoiles », « L’effondrement ») y incarnent deux chômeurs qui décident de construire un parc d’attraction dans une ancienne mine de charbon. « Terrible jungle », également premier film de Hugo Benamozig et David Caviglioli, fait aussi partie de la compétition. Catherine Deneuve, absente au festival après son accident vasculaire cérébral, est l’un des personnages principaux de cette comédie, également portée par Vincent Dedienne et Alice Belaïdi. Des histoires surprenantes Dans un autre style, l’un des trois films réalisés par une femme, « Forte », de Katia Lewkowicz, avec l’humoriste Melha Bedia. Cette dernière y joue une femme en surpoids qui décide de se mettre à la pole-dance pour séduire. Sa professeure est incarnée par Valérie Lemercier. « La daronne » de Jean-Paul Salomé, met quant à lui en scène l’intemporelle Isabelle Huppert, qui se met ici dans la peau d’une interprète judiciaire, Patience Portefeux, spécialisée dans les écoutes téléphoniques à la brigade des Stups. Au fil de l’histoire, le personnage d’Isabelle Huppert devient dealeuse à Belleville. Le Festival devrait se clôturer avec la présentation du film hors compétition « Miss » de Ruben Alves (« La cage dorée »). Ou l’histoire d’un jeune homme se lançant dans l’aventure Miss France sans révéler son identité. Dans le rôle principal, Alexandre Wetter, accompagné par Isabelle Nanty, Pascale Arbillot et Thibault de Montalembert (« Dix pour cent »). Gratuit et ouvert à tous, le Festival de l’Alpe d’Huez est cette année présidé par José Garcia. Il est accompagné des actrices Sabrina Ouazani et Chloé Jouannet, du réalisateur Nicolas Benamou et du DJ électro Bob Sinclar.

Sabrina Ouazani et Chloé Jouannet, rayonnantes membres du jury au Festival de l’Alpe d’Huez 2020

Pour succéder à l’émouvante comédie de Lisa Azuelos, « Mon bébé », gagnant de la précédente édition du Festival de l’Alpe d’Huez, huit films sont en lice. Dix courts métrages seront également présentés. La semaine de la comédie est lancée ! La 23e édition du Festival international du film de comédie de l’Alpe d’Huez s’est ouverte mardi 14 janvier, avec la projection du film hors-compétition « Le lion », réalisé par Ludovic Colbeau-Justin et avec le duo Dany Boon- Philippe Katerine. Dans cette histoire, un médecin en hôpital psychiatrique qui souhaite retrouver sa fiancée disparue, fait évader l'un de ses patients qui prétend être agent secret. Dans les habitués du festival, Michèle Laroque, qui réalise et tient le rôle principal dans « Chacun chez soi », aux côtés de l’acteur et humoriste belge Stéphane de Groodt (« Kaboul kitchen », « Le jeu »), également à l’affiche de « Tout nous sourit ». Après « Brillantissime » (2017), Michèle Laroque signe là son deuxième film en tant que réalisatrice. Autre habituée, Florence Foresti. Cette année, elle revêt l’uniforme pour incarner une policière corrompue dans « Lucky » d’Olivier Van Hoofstadt, avec Michaël Youn et Alban Ivanov. Michaël Youn présentera lui son troisième long-métrage, « Divorce club », avec Arnaud Ducret et François-Xavier Demaison. Arnaud Ducret est également à l’affiche de « Mine de rien », premier long-métrage de Mathias Mlekuz. Lui et Philippe Rebbot (« 100 kilos d’étoiles », « L’effondrement ») y incarnent deux chômeurs qui décident de construire un parc d’attraction dans une ancienne mine de charbon. « Terrible jungle », également premier film de Hugo Benamozig et David Caviglioli, fait aussi partie de la compétition. Catherine Deneuve, absente au festival après son accident vasculaire cérébral, est l’un des personnages principaux de cette comédie, également portée par Vincent Dedienne et Alice Belaïdi. Des histoires surprenantes Dans un autre style, l’un des trois films réalisés par une femme, « Forte », de Katia Lewkowicz, avec l’humoriste Melha Bedia. Cette dernière y joue une femme en surpoids qui décide de se mettre à la pole-dance pour séduire. Sa professeure est incarnée par Valérie Lemercier. « La daronne » de Jean-Paul Salomé, met quant à lui en scène l’intemporelle Isabelle Huppert, qui se met ici dans la peau d’une interprète judiciaire, Patience Portefeux, spécialisée dans les écoutes téléphoniques à la brigade des Stups. Au fil de l’histoire, le personnage d’Isabelle Huppert devient dealeuse à Belleville. Le Festival devrait se clôturer avec la présentation du film hors compétition « Miss » de Ruben Alves (« La cage dorée »). Ou l’histoire d’un jeune homme se lançant dans l’aventure Miss France sans révéler son identité. Dans le rôle principal, Alexandre Wetter, accompagné par Isabelle Nanty, Pascale Arbillot et Thibault de Montalembert (« Dix pour cent »). Gratuit et ouvert à tous, le Festival de l’Alpe d’Huez est cette année présidé par José Garcia. Il est accompagné des actrices Sabrina Ouazani et Chloé Jouannet, du réalisateur Nicolas Benamou et du DJ électro Bob Sinclar.