Publicité

Sandra Milo est morte : la vie pleine de rebondissements de la muse de Fellini

Elle a tourné sous la direction des plus grands cinéastes des années 1960 - citons Jean Renoir (« Elena et les hommes »), Claude Sautet (« Classe tout risque ») ou Edouard Molinaro (« Un témoin dans les villes » pour le cinéma français, Roberto Rossellini (« Le Général Della Rovere »), Dino Risi (« Play-Boy Party ») ou Federico Fellini (« Huit et demi »), dont elle a la muse (et surtout l’amante), a vécu un miracle et a connu bien des hommes, esprit libre en avance sur son époque. Sandra Milo est morte ce lundi 29 janvier 2024 à son domicile romain.

Née Salvatrice Elena Greco à Tunis, en 1933, sa beauté fait très vite tourner les têtes. À seulement quinze ans et pour 21 jours, elle épouse, enceinte de ce dernier, le marquis Cesare Rodighiero. Un drame frappe les amoureux : la mort de leur enfant à sa naissance. Le couple se sépare, le mariage est même annulé par la Rote romaine, l’un des tribunaux de l’Église catholique. Elle se lance alors dans une carrière au cinéma.

En 1959, le producteur et réalisateur grec Moris Ergas, avec qui elle entretiendra une relation tumultueuse pendant onze ans, l’engage dans « Le Général Della Rovere » de Roberto Rossellini en 1959. Tous les producteurs s’arrachent alors ce caractère de feu aux formes généreuses. En 1963, elle rencontre Federico Fellini pour « Huit et demi ». Non seulement, le génie italien lui donne l’un de ses plus beaux rôles et un surnom affectueux, « Sandrocchia », mais surtout ils vivront cachés de tous une longue h...


Lire la suite sur ParisMatch