Santé mentale : la règle des 3-30-300 serait la clé pour aller mieux selon la science

Helena Lopes

On se doutait déjà depuis longtemps que la nature était bénéfique pour la santé. La science tend désormais à le prouver. L’Institut pour la santé globale de Barcelone vient de publier une étude, relayée par Marie Claire, dans laquelle il démontre que plus les gens vivent proches d’espaces verts, plus leur santé mentale est au beau fixe. Précisément, les chercheurs de l’Institut ont établi une règle très précise pour atteindre le bien-être grâce à la nature : celle des 3-30-300.

Derrière ces trois nombres, se cachent en fait trois principes de base pour être certain·e de ne jamais se tenir trop loin de la nature. Cette règle consiste à s’assurer de toujours pouvoir voir 3 arbres depuis son logement, de vivre dans un quartier où 30 % de l’espace, au moins, est arboré, et d’habiter à moins de 300 mètres d’un parc ou d’une forêt.

En partant de cette règle, les scientifiques de l’Institut catalan ont interrogé plus de 3 000 Espagnols sur leur état de santé mentale en rapport avec leurs conditions de vie. À Barcelone, seuls 4,7 % des personnes interrogées remplissaient toutes les conditions de la règle des 3-30-300. Ils avaient une meilleure santé mentale que les autres volontaires de l’étude. Remplir les trois critères mènerait concrètement à une moindre utilisation d’antidépresseurs et à moins de visites chez le psychologue ou le psychiatre.

Cette nouvelle étude vient donc renforcer la certitude que le bien-être vient avec un environnement paisible et vert, comme l’ont déjà prouvé (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Ce moment de la journée serait le meilleur pour une thérapie selon les spécialistes
Les hommes de petite taille ont plus de chance d’être des psychopathes, selon une étude
Les hommes incapables d’agir en adulte tuent la libido des femmes, dit la science
Pourquoi les femmes amies avec des hommes sont-elles mal vues ?
Le chromosome Y de la masculinité est menacé : les hommes vont-ils être amenés à disparaître ?