“Je savais qu’elle se prostituait, mais je l’aimais” : un magistrat de 60 ans jugé pour proxénétisme

Giancarlo Gorassini/Bestimage

Contre les réquisitions du parquet, le tribunal correctionnel de Nanterre (Hauts-de-Seine) a relaxé un magistrat parisien poursuivi pour proxénétisme. Comme le relate Le Parisien, mardi 15 novembre 2022, cet homme officiant au tribunal judiciaire de Paris était en couple avec une prostituée gabonaise de 24 ans. Âgé de 60 ans, il a été jugé pour avoir donné de l'argent à cette jeune femme, rencontrée sur un site de rencontres sexuelles tarifées après son arrivée en France en 2016, à l'âge de 18 ans. De leur union est né un bébé, en février 2018, puis le couple s'est séparé en décembre 2019. Le sexagénaire a reconnu lui avoir versé 200.000 euros en deux ans pour qu'elle arrête de se prostituer, alors que sa compagne utilisait les fonds pour financer son activité, notamment des logements temporaires et des déplacements en région, entre dix à quinze jours par mois. "Je savais qu'elle se prostituait, mais je l'aimais", a déclaré le prévenu à la barre, assisté d'un avocat.

La compagne du prévenu aurait gagné jusqu'à 8.000 euros par mois en se prostituant, complète Le Figaro, mardi 15 novembre 2022. D'après la version du magistrat parisien, la jeune femme a cessé de vendre son corps lors de sa grossesse, avant de reprendre son activité à la naissance de son fils, malgré les importants versements concédés par le père du nouveau-né. D'après Le Parisien, outre les dépenses au quotidien, il aurait acquis une maison au Gabon pour sa compagne, en vendant ses propres biens immobiliers. Mais (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite