Publicité

Science-fiction fantasque, humour trash et libération sexuelle : l'OVNI Rocky Horror Show débarque à Paris

Science-fiction fantasque, humour trash et libération sexuelle : l'OVNI Rocky Horror Show débarque à Paris - Lido 2 Paris / David Freeman
Science-fiction fantasque, humour trash et libération sexuelle : l'OVNI Rocky Horror Show débarque à Paris - Lido 2 Paris / David Freeman

Vous connaissiez le film sorti en 1978... cette nouvelle adaptation du spectacle de Richard O'Brien est l'occasion de découvrir ou redécouvrir en live et en paillettes une oeuvre transgressive devenue culte.

L'immense écran vidéo qui nous accueille sur les Champs-Elysées ne laisse aucun doute : ce Rocky Horror Show qui débute au Lido 2 Paris (et jusqu'au 21 avril prochain) sera fantasque et haut en couleur... La salle mythique, revisitée par le groupe Accor et dirigée par Jean-Luc Choplin, a déjà remis en lumière deux grandes oeuvres de la comédie musicale (Cabaret et Le Forum en Folie). Elle propose cette fois une nouvelle adaptation de la célèbre comédie qui mêle science-fiction, pseudo-horreur et libération sexuelle, popularisée par son adaptation au cinéma en 1975 (avec Susan Sarandon et Tim Curry), elle-même devenue culte avec les années.

Parmi les spectateurs qui s'agglutinent au contrôle, certains détonent des traditionnels touristes de la plus belle avenue du monde. Perruques, serre-têtes flashy, et autres accoutrements carnavalesques, il semble que les afficionados attendaient le spectacle avec impatience et sont prêts à le vivre pleinement. Car il faut le savoir, si le Rocky Horror Show ne bénéficie pas d'une immense notoriété dans nos contrées européennes, il a au fil des années accumulé une communauté d'irréductibles fans dans le monde entier. Preuve en est, la version cinématographique est toujours à l'affiche (et sans interruption depuis 1978) du cinéma parisien Le Studio Galande qui le diffuse le vendredi et le samedi soir, animé par des troupes de comédiens.

Après la chanson introductive, le narrateur entre en scène, apostrophé avec humour, et...

Lire la suite


À lire aussi

"Adèle Haenel et Judith Godrèche disent des choses nécessaires", soutient Justine Triet
"Personne ne lui a dit : ça suffit !" : Mathieu Kassovitz tacle Depardieu et le ciné français
Alexandra Lamy a refusé d'être maquillée pour un rôle : un geste militant ?