Publicité

Sexe : Pourquoi cette explosion "incontrôlable" d'IST aux Etats-Unis ?

Aux États-Unis, les cas d'infections sexuellement transmissibles connaissent un grand boom. Et des mesures sont prises pour prendre en considération cette propagation.

Sexe : Pourquoi cette explosion d'IST aux Etats-Unis ? - Adobe Stock

Alerte IST ! Aux Etats-Unis, les cas d'infections sexuellement transmissibles se multiplient. Plus précisément, le rapport annuel des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), relayé par Slate, vient tirer la sonnette d'alarme en partageant un sinistre bilan du mois passé : plus de 2,5 millions de cas d'infections signalés en janvier dernier !

Parmi ces IST, on rapporte des cas de chlamydia, de syphilis (en nette augmentation), de gonorrhée. Mais pourquoi cette situation inquiète-t-elle à ce point ? Car l'on observerait une augmentation des cas rapportés d'IST... De pas moins de 80% ces cinq dernières années ! Oui, c'est considérable.

On lit chez ScienceAlert le verdict de Laura Bachmann, directrice des Centres, qui s'inquiète d'un fléau "disproportionné" : "Le champ des IST a atteint un point critique. Nous savons depuis longtemps que ces infections sont courantes, mais nous n'avons pas été confrontés à des effets aussi graves de la syphilis depuis des décennies !". Et cette préoccupation de grimper dangereusement...

Une véritable "crise de santé publique" !

Comme le rapporte encore Slate, plus de 3.700 de cas de syphilis ont été observés aux États-Unis en 2022, et, l'année suivante, ces cas auraient augmenté de... 31%. "Notre pays est confronté à une crise de santé publique qui se détériore rapidement et qui met des vies réelles en jeu", développe encore un communiqué du NCSDDC, organisation...

Lire la suite

À lire aussi

Quels sont les livres préférés d'Adèle Haenel ? Elle dévoile sa bibliothèque !
Agnès Jaoui est plus lumineuse que jamais dans "Le dernier des juifs"
Sexe : cette scène de "Anatomie d'une chute" qu'on ne verra jamais (et tant mieux)
VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "C’est le premier cancer, tous sexes confondus, alors il faut y penser"