Sexisme : Emmanuel Macron veut renforcer l’éducation sexuelle à l’école

© Getty Images

La publication du rapport sur le sexisme du Haut conseil à l’égalité n’a pas laissé le président de la République indifférent. Pour commencer la lutte contre le sexisme dès l’école, Emmanuel Macron veut créer des journées d’éducation sexuelle.

Les conclusions du rapport sur le sexisme du Haut Conseil à l’égalité (HCE) sont sans appel : les clichés sexistes sont plus fortement ancrés chez les jeunes.

23 % des hommes de 25 à 34 ans considèrent qu’il faut « être parfois violent pour se faire respecter », ou minimisent la gravité des agressions sexuelles, considérant que les femmes « en font trop ».

Face à ce constat inquiétant, le président de la République a décidé d’agir, en appliquant certaines des recommandations du HCE, comme l’instauration d’une obligation de résultat pour l’application de la loi sur l’éducation à la sexualité et à la vie affective.

Un cursus trop souvent oublié

Emmanuel Macron souhaite donc renforcer l’éducation sexuelle grâce à trois journées « d’éducation à l’égalité » obligatoires. L’éducation sexuelle fait déjà partie du cursus scolaire, selon la loi Aubry du 4 juillet 2001.

LIRE AUSSI >> Manque d’éducation sexuelle et centres de soins inaccessibles : la sexualité des femmes en situation de handicap mise à rude épreuve

Mais d’après un rapport de l’Inspection générale de l’éducation commandé en 2021 par Jean-Michel Blanquer, alors ministre de l’Éducation nationale, ces enseignements sont rarement prodigués aux jeunes élèves.

Seulement 15 % des cours d’éducation sexuels sont assurés à l’école, et à peine 20 % au lycée, où les enseignements se limitent souvent à un chapitre sur la reproduction en cours...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi