Publicité

Trop sexualisées, dénudées, stéréotypées : les femmes à la télé, c'est pas encore ça

Trop sexualisées, dénudées, stéréotypées : les femmes à la télé, c'est pas encore ça - Adobe Stock
Trop sexualisées, dénudées, stéréotypées : les femmes à la télé, c'est pas encore ça - Adobe Stock

Un nouveau rapport accablant de l'Arcom tire la sonnette d'alarme : les femmes sont encore très, autrement dit TROP, sexualisées, dénudées, mais aussi stéréotypées, à la télévision, et plus précisément dans la pub. Qui est étonné ?

Balance ton spot. Pub et féminisme ne feraient pas bon ménage, selon le dernier rapport de l'ARCOM, autrement dit l'Autorité publique de régulation de la communication audiovisuelle et numérique - la fusion entre le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) et la Haute Autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur internet (Hadopi).

L'organisation a examiné 2 310 publicités diffusées entre octobre 2021 et mai 2022, et son constat est limpide : les pubs qui se succèdent tous les jours sur notre téléviseur seraient encore bien trop sexistes. Non seulement les stéréotypes de genre ne seraient pas rares sur nos écrans, mais plus encore, les femmes seraient encore très, et surtout trop, dénudées et sexualisées... Beaucoup plus que les hommes en tout cas.

En effet, précise le rapport, il y a plus de publicités présentant "uniquement" des femmes sexualisées ou dénudées que de pubs présentant des hommes sexualisés ou dénudés : 49 % pour les unes et 24 % pour les autres. Et ce alors que la nudité à l'écran est en baisse de 2 % par rapport à 2017.

Par-delà la nudité, des pépites sexistes

Mais l'Arcom ne s'est pas contentée d'épingler ces contenus qui sexualisent. Elle s'est également penchée sur les "pépites sexistes", pour reprendre l'expression du compte Twitter (féministe) éponyme : cette banalisation des clichés garçons/filles les plus tenaces que nous propose encore la pub...

Concrètement, ça veut dire quoi ? Que...

Lire la suite


À lire aussi

Le footballeur Dani Alves accusé de viol : son épouse Joana Sanz demande le divorce
Les mecs chauves sont-ils encore complexés ? Un docu s'interroge
"Lol, qui rit sort" : d'où vient le "Wop bop a loo bop" de Leïla Bekhti ?