Publicité

Sexualité des personnes âgées : comment l’âgisme et les clichés entravent leur acceptation et expression sexuelle

Ancré dans la société depuis de longue date, l'âgisme est une discrimination qui touche la sexualité des personnes âgées. D'après une étude, bien qu'elle tend à l'ouverture d'esprit, la jeune génération regorge encore d'idées fausses et préjugés concernant la vie sexuelle des aînés... qui dans quelques décennies les concernera directement.

La sexualité ne connaît pas d'âge butoir. Nombreuses sont les idées reçues selon lesquelles les personnes âgées arrêteraient de faire l'amour, les femmes n'auraient plus de libido à partir d'un certain âge ou encore comme quoi la vieillesse empêcherait le corps de fricoter. Il n'en est rien et ce ne sont pas vos grands-parents qui vous diront le contraire. Bien évidemment, les envies fluctuent tout comme les hormones, particulièrement chamboulées une fois le chapitre de la ménopause entamé. Dans la même veine, le corps prend de l'âge, mais il existe de multiples solutions pour adoucir les œuvres de la chair.

Mystifiée, tabou voire sacralisée, la sexualité des personnes âgées est même vue comme "sale" par certains. Un désaveu notamment porté par la jeune génération, comme le souligne une étude américaine qui s'est intéressée à l'âgisme et aux répercussions directes que peut avoir cette discrimination qui cible les seniors.

Dans le cadre de cette recherche menée par l'université Urbana-Champaign de l'Illinois, plus de 270 personnes, âgées de 18 à 35 ans, ont répondu à tout un questionnaire. Le but des interrogations était d'évaluer leur niveau de connaissances sur la sexualité une fois à l'âge âgé, leurs attitudes générales à l'égard de cette sexualité et enfin leur perception de la sexualité en tant qu'activité de loisir au-delà de l'idée simple de procréation.

Après récolte des réponses, les chercheuses ont observé que les personnes interrogées n'avaient qu'un niveau modéré de (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

VIDÉO - Les fuites urinaires touchent-elles seulement les femmes âgées?