Publicité

"Sexy", "souple", "docile" : Émilie Tran Nguyen dénonce le racisme anti-asiatique dont elle est victime

Le racisme est partout et sous différentes formes. Émilie Tran Nguyen, chroniqueuse de C à vous d'origine vietnamienne par son père et algérienne par sa mère, en a été victime. La journaliste de 38 ans a décidé d'évoquer ce fléau dans un documentaire intitulé Je ne suis pas Chinetoque, diffusé sur France 5, dimanche 4 février 2024. Elle a pu compter sur l'aide de la réalisatrice Jessica Bagic pour mettre en lumière les préjugés encore bien trop présents dans notre société, et le plus souvent violents, dont sont victimes les Asiatiques. Sur le plateau de C à vous, Émilie Tran Nguyen a répondu aux questions d'Anne-Elisabeth Lemoine, vendredi 2 février 2024. Alors qu'elle a recueilli de nombreux témoignages pour son documentaire, elle a expliqué que ce racisme était particulièrement genré. "Les femmes savent bien masser, on veut tester une femme asiatique, elles sont sexy, elles doivent être souples, dociles, tandis que les hommes, en comparaison [...] ils sont faibles, impuissants, ayant un petit sexe", a-t-elle ainsi déclaré.

Personnellement, Émilie Tran Nguyen a été victime du racisme anti-asiatique. "On m’a traitée de bol de riz, chinetoque, Mulan", s'est-elle souvenue sur le plateau de C à vous. Face à une telle violence, ne sachant pas comment réagir, elle rigolait. "On m'a très tôt appris l'autodérision. C'est un rire de défense. Au bout d'un moment, on se demande si on doit toujours en rire." La présentatrice de Franceinfo a toujours entendu dire, lorsqu'elle était enfant, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite