Sommeil : la grasse matinée serait encore pire que le jet-lag pour la santé

De récentes recherches se sont intéressées au phénomène appelé le « jet-lag social », qui désigne le fait de dormir plus, de faire une grasse matinée notamment le week-end. Un changement du rythme de sommeil qui pourrait avoir de lourdes conséquences sur la santé.

Si le manque de sommeil n’est pas bénéfique pour la santé, la grasse matinée ne le serait pas non plus. C’est d’ailleurs ce que révèle une récente étude. En effet, récupérer ses heures de sommeil le week-end ou les jours fériés et profiter des grasses matinées ne seraient pas la meilleure des options. Pire, cela pourrait même avoir de réelles conséquences sur la santé.

A lire aussi >> L'erreur sommeil que vous faites peut-être et vous rend tout le temps fatiguée

Le phénomène du « jet-lag social »

Ce phénomène, étudié par les scientifiques de l’Université d’Arizona, s’appelle le « jet-lag social ». Les recherches dirigées par le professeur Michael A. Grandner, désignent le fait de dormir plusieurs heures de plus le week-end. Un temps de sommeil plus élevé qui augmente de 11% les risques de développer des maladies cardiovasculaires. En effet, pour en venir à ce résultat-là, plus de 900 adultes âgés de 22 à 60 ans ont été interrogés sur leurs habitudes de sommeil. Des recherches qui ont permis de constater que les changements de rythme de sommeil provoqueraient un stress si important pour le corps qu’il pourrait être comparé à l’angoisse provoquée par un aller-retour Paris-New-York ou encore Bruxelles – New-York, lors d’un week-end. C’est d’ailleurs ce qu’explique Arielle Nuchowicz, médecin, à la RTBF : « vous imaginez un aller-retour Bruxelles-New-York tous les week-ends pendant des années ? Il y a...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles