Souffrez-vous d'anuptaphobie ?

Souffrez-vous d'anuptaphobie ?

Dans la liste des phobies un peu étranges qui nous entourent, peut-être n'avez-vous jamais entendu parler de l'anuptaphobie. Pourtant, il est possible que vous en souffriez sans le savoir ! Cette peur est tout simplement de rester célibataire toute sa vie. Une crainte à ne surtout pas prendre à la légère...

Les ruptures amoureuses ne sont jamais faciles à vivre, que l'on soit la personne qui quitte ou la personne quittée. Mais dans certains cas, le fait de se faire larguer est encore plus compliqué à vivre. Notamment pour les personnes qui souffrent d'anuptaphobie. Ces dernières rencontrent la peur pathologique d'être célibataires et de le rester tout au long de leur vie. Vous trouvez cela risible ? Pourtant, comme toutes les autres phobies, il s'agit d'un problème à prendre très au sérieux.

L'anuptaphobie, une angoisse irrationnelle

Le mot anuptaphobie vient du latin "nuptae" (les noces, l'union) et du grec "phobos" (la peur), le tout associé au préfixe "a", qui signifie le manque, la privation, ou encore la suppression. Étymologiquement parlant, anuptaphobie signifie donc avoir peur d'être privé d'être en couple. Attention, ce terme ne qualifie pas les personnes qui, au terme de quelques semaines de célibat, se disent qu'elles ne retrouveront jamais l'amour. Il s'applique en revanche aux personnes qui ont une peur maladive d'être seules.

Pourquoi c'est grave ? Tout simplement parce que, pour lutter contre leur phobie, ces personnes seront capables de se mettre en couple avec n'importe qui, de se persuader qu'elles éprouvent des sentiments amoureux pour le premier ou la première venu(e), ou même de rester au sein de relations toxiques – avec des pervers narcissiques, des conjoints violents, des personnes qui abusent de leur confiance – plutôt que de redevenir célibataires.

L'anuptaphobie, un mal sociétal ?

Comme toutes les phobies, l'anuptaphobie n'est pas une peur rationnelle, elle se base sur des angoisses, un manque profond de confiance en soi... Mais aussi une certaine pression sociale, qui repose notamment sur les femmes. A force de s'entendre dire depuis leur enfance qu'elles doivent se trouver un mari, qu'elles doivent faire attention à ne pas finir vieille fille ou à subir le cliché de la vieille célibataire, les femmes finissent pas ressentir une vraie angoisse à l'idée d'être célibataire. Ce qui peut représenter une porte ouverte pour l'anuptaphobie.

A LIRE AUSSI

Pas de plan cul pour eux, ils préfèrent les "plans dodo"

Avoir un orgasme grâce au sport, c'est possible

Oui, les femmes aussi aiment les films pornographiques