Publicité

Que sont les symboles « valknut » vus sur des policiers photographiés à Lille ?

Plusieurs policiers arborant des tatouages « valknut » ont été photographiés lors de la manifestation contre la réforme des retraites qui a eu lieu mardi 6 juin à Lille. L’Inspection générale de la Police nationale (IGPN) a été saisie.

Un signe du néonazisme. Plusieurs policiers ont été photographiés, mardi 6 juin, dans les rues de Lille, avec des « valknut », symboles de la mythologie scandinave réappropriés par des groupuscules aux idéologies suprémacistes et néonazies, tatoués sur les bras. Ces tatouages posent un problème car ils sont contraires au règlement imposé par la Direction générale de la police. De quoi s’agit-il exactement ?

Un symbole nazi

Le « valknut » est un symbole originaire de la culture nordique et de la mythologie scandinave, souvent associé aux Celtes et aux Vikings, rapporte le site spécialisé « Indextrême ». Il signifie « nœud des occis » et est composé de trois triangles entrelacés.

< blockquote class = "twitter-tweet"> < p lang = "fr" dir = "ltr"> Aujourd’hui à Lille, plusieurs policiers ont été photographiés arborant un symbole très en vogue chez les suprémacistes blancs et néonazis : le Valknut. Explications ⤵️ < a href = "https://t.co/70xPr8IsA6"> pic.twitter.com/70xPr8IsA6 — Ricardo Parreira (@RicardParreir) < a href = "https://twitter.com/RicardParreir/status/1666140501353938944?ref_src=twsrc%5Etfw"> June 6, 2023 < /a > < /blockquote > < script async src = "https://platform.twitter.com/widgets.js" charset = "utf-8"> < /script >

A partir du XXe siècle il est repris par le mouvement « völkisch », courant intellectuel apparu en Allemagne et aux vocations et idéologies suprémacistes, racistes et antisémites. Nos confrères de « Libération » rappellent que le mouvement était à l’initiative d’une revue « pour une germanité pure et pour la réunion de tous les Germains », avant même que le nazisme ne porte son nom.

Durant la deuxième partie du XXsiècle, le « valknut » traverse l’Atlantique et devient à la mode...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi