Publicité

Syndrome des ovaires polykystiques : ces effets extrêmement inquiétants sur la santé mentale

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), qui touche environ 10 % des femmes, augmente le risque de tentatives de suicide, selon une nouvelle étude taïwanaise.

Si l’on sait que le syndrome des ovaires polykystiques est associé à des risques d’infertilité, de cycles menstruels irréguliers voire absents, les effets sur la santé mentale restent tabous. Pourtant, le SOPK a un impact considérable sur le bien-être mental. C’est ce que révèle une nouvelle étude publiée dans la revue « Annals of Internal Medicine » mardi 6 février 2024, et relayée par « The Guardian ».

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est la maladie hormonale la plus répandue chez les femmes en âge de procréer, précise l’Inserm. Cette pathologie endocrinienne touche 8 à 13 % des femmes, selon l’OMS. Elle peut entraîner une pilosité excessive (hirsutisme), ainsi que des complications métaboliques (diabète et surpoids). Le SOPK est aussi un facteur de dépression, avec des conséquences particulièrement préoccupantes.

Lire aussi >>  Témoignages : elles vivent avec le SOPK et racontent leur maladie

Infertilité, image corporelle : des facteurs aggravants

Selon des chercheurs taïwanais, les personnes atteintes du SOPK présentent un risque accru de tentatives de suicide, rapporte « The Guardian ». Pour effectuer ces recherches, les experts ont analysé les bases de données nationales de 18 960 patientes atteintes du SOPK, âgées de 12 à 64 ans, pour comparer leurs parcours médicaux sur une période qui s’étend de 1997 à 2012, à ceux d’autres femmes non touchées par ce syndrome. Résultat,...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi