Témoignage : "Je me croyais à l'abri de la dépression du post-partum"

·1 min de lecture

"Je n'ai rien vu venir. Pire, je me pensais à l'abri tant ma grossesse a été idyllique et moi radieuse. Certes, à l'approche du terme, le stress monte, car c'est mon premier bébé, mais mon impatience de rencontrer ma fille n'entame pas la perspective de bonheur durable dans laquelle je me projette. Sauf que deux mois après sa naissance, je ne me reconnais pas. Mon bonheur s'est mué en cauchemar mortifère.

Disparue la femme dynamique, optimiste, amoureuse, coquette, qui croquait la vie. Je suis écrasée par mes incapacités de mère, autant que par la fatigue qui m'enserre comme un sarcophage. Sans parler de mon corps, si douloureux qu'il m'est devenu étranger. Mon sexe n'est plus qu'une plaie. L'épisiotomie, dont deux points se sont infectés, cicatrise mal, et je cumule les hématomes ; uriner est un calvaire et, comme mon périnée ne soutient plus rien, j'ai des fuites urinaires. Ce corps-là n'est pas le mien. Et je n'en veux pas. Je me sens une sous-femme, une sous-mère, une loque, incapable de gérer ma nouvelle vie et de prendre soin de mon bébé. La changer, la nourrir au biberon, la baigner sont une épreuve, comme de me laver moi-même.

"J'appréhende ses cris qui me broient le coeur"

Je n'en ai pas le temps et je n'en vois pas l'intérêt non plus, vu que je ne côtoie plus personne, si ce n'est mon compagnon le soir. Je passe indifféremment mes nuits et mes jours en survêtement ou en chemise de nuit. Tout me pèse. Ma tête est saturée de brouillard, (...)

Lire la suite sur Topsante.com

Plan soins palliatifs : qu'est-ce que ça va changer ?
Origine du Covid : la piste de la chauve-souris se confirme
DIRECT Covid-19 en France ce 23 septembre : chiffres, annonces
Pourquoi a-t-on des crampes la nuit ?
Un mail de la police nationale vous demande votre pass sanitaire ? N'y répondez pas

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles