Publicité

Taxe « poulailler » : voici comment éviter de payer son énorme montant en 2024

Les poulaillers, comme toute construction extérieure (serres, abris de jardin, cabane, piscine…) sont soumis à des lois, des normes de sécurité et, bien entendu, des impôts. En effet, vos poules peuvent vite vous revenir bien cher ! Pour éviter de vous ruiner en 2024, suivez nos conseils et astuces (légales, bien sûr !) pour obtenir une exonération de cette taxe et réaliser de belles économies. Explications.

Taxe « poulailler » : toute les réglementations en vigueur

L’installation d’un poulailler de moins de 5m2 ne nécessite d’aucune déclaration de travaux ou d’autorisation particulière. Pour ceux d’une surface entre 5 et 10 m2 en revanche, vous devrez obtenir une déclaration de travaux auprès de votre mairie. Enfin, pour les poulaillers de plus de 20 m2, c’est d’un permis de construire dont vous devrez alors vous munir. En ce qui concerne le nombre de gallinacés, vous êtes tenu de les déclarer lorsque leur nombre dépasse les 50 individus : en-deçà, aucune déclaration n’est obligatoire. Avant de vous lancer dans toute installation ou achat de poules, prenez le temps de vérifier les normes en vigueur dans votre commune, car celles-ci peuvent varier selon chaque endroit !

Taxe « poulailler » : son montant en 2024

La taxe pour un poulailler est comprise dans la taxe aménagement, qui fait elle-même partie de la taxe foncière. Depuis maintenant 8 ans, cette taxe ne...Lire la suite sur Mon Jardin & ma maison