Tensions. Biden et Poutine discuteront mardi du dossier ukrainien

·1 min de lecture

Le Kremlin et la Maison-Blanche ont confirmé samedi que Joe Biden et Vladimir Poutine s’entretiendraient mardi par visioconférence, alors que les tensions entre Moscou et l’Occident autour du dossier ukrainien sont de plus en plus vives.

Le Kremlin a été le premier à annoncer, via les agences officielles, l’entretien de mardi prochain entre le président russe et son homologue américain. Un entretien au cours duquel Joe Biden “soulignera les inquiétudes des États-Unis face aux activités militaires russes à la frontière avec l’Ukraine, et réaffirmera le soutien de Washington à la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine”, a précisé la Maison-Blanche dans la foulée, selon le New York Times.

Les tensions se sont aggravées cette semaine entre Moscou et l’Occident, alors que les États-Unis et ses alliés craignent une invasion imminente de l’Ukraine par l’armée russe. Un document du renseignement américain, dévoilé vendredi soir par le Washington Post, confirmerait les desseins belliqueux de Moscou.

Le document affirme en effet que “le Kremlin prépare une offensive sur plusieurs fronts, pour le tout début de l’année [2022], impliquant jusqu’à 175 000 soldats”, selon le quotidien américain.

CNN ajoute que les forces russes seraient composées de “100 bataillons de groupes tactiques, soit le double des effectifs déployés par la Russie” à la frontière ukrainienne lors d’un précédent mouvement de troupes, au printemps dernier.

“Les niveaux d’équipement stationnés dans la zone pourraient couvrir les besoins des soldats de la ligne de front pendant sept à dix jours, et ceux d’autres unités de soutien pendant un mois”, souligne la chaîne américaine.

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles