Publicité

Tentative de féminicide à Blois : le policier qui n’avait pas pris la plainte de Chloé mis en retraite d’office

Le policier du commissariat de Blois (Loir-et-Cher), qui avait refusé de prendre la plainte de Chloé, une jeune femme de 24 ans victime d'une tentative de meurtre en décembre 2022, a été mis à la retraite d'office, selon les informations de RTL jeudi 25 janvier 2024. La décision, prise par le directeur général de la police nationale (DGPN), est effective depuis le 1ᵉʳ novembre 2023. Le 13 décembre 2022, Chloé s'était rendue au commissariat pour déposer plainte contre son ex-compagnon. Malgré la panique de la jeune femme, le policier, âgé de 55 ans, avait refusé de prendre sa plainte en raison de l'heure tardive [17 heures], invitant Chloé à "revenir le lendemain". Deux heures plus tard, elle était sauvagement agressée par son ex-compagnon, la laissant pour morte. La jeune femme avait alors été dans le coma pendant deux mois. "Elle ne reverra plus jamais de l'œil droit, elle a quelques soucis de mémoire et des problèmes de concentration", avait assuré sa mère lors d’une interview accordée à RTL en mars 2023.

La mise à la retraite d'office du policier constitue une sanction lourde, soulignant les failles de l'État face aux violences faites aux femmes. "Une mise à la retraite anticipée d'un homme qui est à la veille de la retraite, c'est pour moi une sanction symbolique dans un dossier aussi grave où il y a eu énormément de lacunes policières", a souligné l’avocate de la victime. La retraite d'office entraîne la radiation immédiate de la fonction publique, la perte du statut de fonctionnaire (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite