Terreurs nocturnes de bébé : causes, symptômes à reconnaître et comment réagir

Les terreurs nocturnes ont de quoi effrayer un parent, mais elles ne sont pas aussi graves qu'elles ne le paraissent. Si votre enfant se met à crier en plein milieu de la nuit, il pourrait en souffrir.

Comme les cauchemars, elles sont un passage normal de la vie d'un enfant. Elles se produisent généralement à partir de ses 18 mois et peuvent être fréquentes chez les enfants de 4 à 8 ans. Avant l'âge de dix ans, presque 15% des enfants en font de manière occasionnelle. Il est difficile d'en connaître les causes exactes au moment où elles se déroulent, puisque le bébé qui en souffre les vit endormi, et ne s'en rappelle pas au réveil. Si elles se répètent, elles peuvent être dues à du stress ou des situations angoissantes vécues récemment. Elles peuvent aussi se produire si l'enfant est fatigué. Des phénomènes extrêmes qui ne se produisent pendant la maturation du sommeil du bébé, et qui n'arrivent généralement plus une fois que l'enfant a acquis un bon rythme de sommeil. D'après une étude publiée en 2015 dans la revue médicale JAMA Pediatrics, la génétique pourrait en être l'origine : elles se produisent plus chez les enfants dont les parents en ont aussi souffert.

Un enfant qui souffre d'une terreur nocturne se met soudainement à crier pendant la nuit. Assis sur son lit et les yeux ouverts, il paraît éveillé mais est en fait en pleine phase de sommeil lent profond (entre 1 et 3 heures après l'endormissement). Il pleure, hurle, devient parfois rouge (érythrose), souffre d'hypersudation, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles