Texas : avortement quasi interdit et « prime » à la délation

·2 min de lecture

Le texte interdit l’IVG après environ six semaines de grossesse, une période durant laquelle la plupart des femmes ne savent même pas qu'elles sont enceintes. La loi ne prévoit pas d'exception en cas de viol ou d'inceste. 

Une loi interdisant l'immense majorité des avortements est entrée en vigueur au Texas mercredi, sans intervention de la Cour suprême des Etats-Unis pour faire respecter un droit qu'elle a elle-même reconnu il y a près de 50 ans. La haute juridiction, que l'ancien président Donald Trump a solidement ancrée dans le conservatisme, n'avait toujours pas tranché dans la soirée, deux jours après avoir été saisie en urgence par les détracteurs du texte. 

Lire aussi >> Avortement : les deux visages de l'Amérique

Sans attendre sa décision, le président Joe Biden a fustigé une loi « radicale », aux dispositions « honteuses », et a promis de « protéger » le droit des femmes à avorter. 

85% des avortements pratiqués au Texas ont lieu après six semaines de grossesse 

Le texte, signé en mai par le gouverneur républicain Greg Abbott, interdit d'interrompre toute grossesse une fois que les battements de cœur de l'embryon sont détectés, soit après environ six semaines de grossesse, alors que la plupart des femmes ne savent même pas qu'elles sont enceintes. La loi ne prévoit pas d'exception en cas de viol ou d'inceste, mais seulement si la santé de la femme enceinte est en danger. 

Or, plus de 85% des avortements pratiqués jusqu'ici au Texas ont lieu après six semaines de grossesse, selon les organisations de planning familial de l'État qui ont fait état mercredi de leur profond désarroi. « Je me suis réveillée triste, inquiète, sonnée », a...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles