Publicité

Théâtre : on a vu "Un tramway nommé désir" et Cristiana Reali y est époustouflante

On a vu
On a vu "Un tramway nommé désir" et Cristiana Reali y est époustouflante Photo : Christophe Raynaud De Lage - Christophe Raynaud De Lage

"Un tramway nommé désir" débarque sur les planches des Bouffes Parisiens. Cette nouvelle transposition met à l'honneur dans un décor épuré une Blanche Dubois plus tragicomique que jamais. Un rôle en or pour la grande Cristiana Reali.

"Stellaaaaaaaaa !". Si ce cri primal vous hante, c'est que, comme nous, vous n'êtes jamais vraiment revenu d'Un tramway nommé désir. La pièce de théâtre de Tennessee Williams, à jamais immortalisée par l'adaptation ciné d'Elia Kazan (1951) où flamboie un brutal Marlon Brando, est une création majeure pour qui s'intéresse aux enjeux féministes (violences conjugales, âgisme...), aux portraits de femmes complexes, aux rôles denses et puissants.

Cela n'a pas échappée à la metteuse en scène Pauline Susini, qui fait revenir ce chef d'oeuvre sur les planches au Théâtre des Bouffes Parisiens pour mieux en valoriser la pierre brut : Blanche Dubois évidemment. Blanche, c'est la soeur de Stella, jeune femme sous l'emprise d'un conjoint alcoolique, macho et violent : Stanley. Professeure d'anglais à l'attitude très extravagante, elle retourne auprès de sa soeur après avoir été essorée par la vie. Et traîne derrière elle de fâcheux fantômes que le brutal Stanley ne va pas hésiter à convoquer !

Dès cette première représentation aux Bouffes ce 31 janvier, le public s'est retrouvé au diapason de cette protagoniste, et surtout de son interprète, troublante de justesse : Cristiana Reali. Il faut dire que sur scène, l'actrice aux bien connues partitions télévisuelles ne joue pas Blanche, elle est Blanche. Avec toute l'intensité que cela suppose...

Une force tragicomique qui se démène sur les planches

Un public bien présent, un public ému,...

Lire la suite


À lire aussi

Les meufs prennent enfin le pouvoir aux Victoires de la Musique
"Elaha", le puissant portrait d'une jeune femme en quête d'émancipation
Benoît Jacquot, Jacques Doillon et #MeToo : la fin de tout un système ?