Publicité

“Tradwife” : qu’est-ce que ce phénomène qui se répand sur les réseaux sociaux, et qui “met en danger 50 ans de lutte” féministe ?

Faire le ménage, s’occuper des enfants, préparer un repas chaud pour son mari qui rentre du travail, rester belle et féminine, sourire beaucoup, être polie bien sûr… Non, ce ne sont pas des conseils issus du manuel de la femme idéale des années 50, mais bien tirés d’une vidéo TikTok datant de décembre 2023. Comme de nombreuses autres femmes sur les réseaux sociaux, Estee Williams se revendique “tradwife” avec fierté. Comprenez “traditional wife”, à savoir “épouse traditionnelle” en français. Sur Instagram et TikTok, où elle cumule plus de 260.000 abonnés, la jeune blonde de 25 ans aux allures de poupée – peau parfaite, brushing impeccable et robes colorées tout droit sorties des fifties – partage son quotidien de femme au foyer et ses astuces pour devenir une bonne épouse dévouée, dans des vidéos marquées systématiquement du hashtag #tradwife ou encore #homemaker (qui peut se traduire par “ménagère” en français). Une véritable Bree Van de Kamp des temps modernes.

Estee Williams est loin d’être la seule. Le mouvement des “épouses traditionnelles” remonte environ à 2016, lorsqu’au beau milieu de la campagne présidentielle de Donald Trump, des femmes américaines avaient détourné son célèbre slogan “Make America Great Again” en “Make Traditional Housewives Great Again”, soit “rendre leur grandeur aux femmes au foyer traditionnelles”. Comme le rappelle Le Parisien, la blogueuse anglaise Alena Kate Pettitt est devenue à la même époque l’une des pionnières du phénomène tradwife. Si la (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite