Une femme qui s’est fait tatouer les yeux est restée aveugle pendant trois semaines

Une femme a révélé être restée aveugle pendant 3 semaines suite à un tatouage des globes oculaires [Photo: Getty]

Une femme a révélé être restée aveugle pendant 3 semaines après s’être fait tatouer les globes oculaires à l'encre bleue.

Amber Luke de Nouvelle-Galles du Sud, en Australie, a subi une procédure de 40 minutes pour transformer ses yeux.

La jeune femme de 24 ans a déjà dépensé 26 000 $ (environ 23 500 euros) pour subir des procédures de modification corporelles extrêmes, et a ainsi notamment la langue découpée et les lobes d’oreilles étirés.

La jeune femme possède également plus de 200 tatouages, a subi une augmentation mammaire, s’est fait des injections dans les joues et les lèvres, et a des implants pointus dans les oreilles.

Mais, Amber confie que l’injection d’encre bleue dans les yeux est la procédure la plus dangereuse.

« Je ne peux même pas commencer à vous décrire ce que j’ai ressenti, ce que je peux vous dire, c’est que j’ai eu l’impression que [le tatoueur] frottait 10 morceaux de verre dans mon œil lorsque l'encre a été injectée », a confié Amber dans un documentaire pour Barcroft TV.

« C'est arrivé quatre fois pour chaque œil, c'était assez brutal. Malheureusement, mon artiste a effectué des injections trop profondes dans mon œil. Personne n’est censé tomber aveugle si la procédure est bien réalisée. Je suis restée aveugle pendant trois semaines. C'était assez brutal ».

J’ai eu le plaisir de me rendre à @mollyj_tattoo aujourd’hui pour mon premier tatouage style eyeliner !
Les filles de Melbourne ! Cette nana est une vraie magicienne, regardez-moi un peu cette forme !! Contactez-la ! 😍🤷🏼‍♀️ 

Suite à la procédure, Amber a confié ne pas avoir l'intention de subir de nouvelles modifications corporelles extrêmes.

« Je n'ai pas l'intention de subir d’autres modifications corporelles aussi extrêmes. Donc, plus de langue découpée, plus de globe oculaire tatoué », a-t-elle confié.

Elle prévoit plutôt de recouvrir l’intégralité de son corps de tatouages avant son 25e anniversaire au printemps prochain.

Amber a déjà parlé de sa procédure risquée de tatouage des globes oculaires.

« La procédure des yeux n’a duré que 40 minutes », a-t-elle confié au Daily Mail Australia.

« C'était très intense et douloureux. Mes yeux étaient maintenus ouverts pendant qu'une seringue était injectée dans mon œil à quatre reprises. Je suis restée aveugle pendant trois semaines ».

J’ai rasé un côté de ma tête, balayé mes cheveux d’un côté et voilà

Elle a également participé à une séance de questions-réponses sur Instagram afin de parler de la procédure et des risques avec ses 152 000 followers.

« Savoir que je n'ai plus jamais à me faire tatouer les globes oculaires me rend très heureuse », a-t-elle écrit.

« Beaucoup de gens m'ont demandé si mes tatouages oculaires allaient s'estomper ; la réponse est non. L'encre se propage naturellement à travers l'œil au fil du temps, et mes yeux sont même devenus plus sombres ».

La mère d’Amber, Vikki, a également évoqué la transformation de sa fille dans le petit documentaire, confiant avoir fondu en larmes au moment de la procédure.

« Par où commencer ? J'ai pleuré. Je lui ai tout naturellement donné mon avis. ‘Pourquoi t’infliger ça, sachant que c’est dangereux ?’ », a confié Vikki à Barcroft TV.

« Savoir que je n'ai plus jamais à me faire tatouer les globes oculaires me rend très heureuse 🙈😂 pu**** quelle me*** ! Beaucoup de gens m'ont demandé si mes tatouages oculaires allaient s'estomper ; la réponse est non. L'encre se propage naturellement à travers l'œil au fil du temps, et mes yeux sont même devenus plus sombres. Des questions au sujet de mes tatouages sur les globes oculaires ? Envoyez vos commentaires ci-dessous !
Note :// lisez les commentaires avant de commenter !

Amber n'est pas la seule à avoir rencontré des problèmes en se faisant tatouer les yeux.

En 2017, un mannequin avait confié risquer de perdre un œil après avoir tenté de tatouer son globe oculaire. La jeune femme était alors devenue partiellement aveugle et pleurait des larmes violettes.

Catt Gallinger, 24 ans, d’Ottawa au Canada, avait décidé de se faire tatouer la sclère de l’œil en violet, c’est-à-dire de se faire injecter de la couleur dans la partie blanche de l’œil.

Mais elle a réalisé que quelque chose n’allait pas à peine quelques heures après avoir autorisé son petit ami à lui injecter l'encre pourpre dans l’œil gauche. En effet, son œil s’est mis à pleurer et à gonfler, l’empêchant de voir. Elle risquait alors de perdre complètement la vue.

Le mannequin a confié dans une série de messages émouvants sur Facebook que la douleur était tellement intense qu’elle risquait de se faire retirer le globe oculaire. Elle encourageait également les autres à y réfléchir à deux fois avant de se faire tatouer les yeux.

« Le problème ? De l'encre non diluée, une injection excessive et pas assez de sites d’injection plus petites », explique-t-elle.

« Je ne partage PAS ça pour créer des problèmes, je le partage pour vous dire de bien vous renseigner afin de choisir la bonne personne et bien connaître la procédure ».

Henry Leonard, de l’Association of Optometrists (Clinical and Regulatory Officer) au Royaume-Uni, a confié à l'HuffPost UK que les risques associés aux tatouages sur les globes oculaires étaient bien réels.

« Tout d'abord, et comme c’est le cas avec tous les tatouages, le risque d’infection est bien réel. Le patient risque d’attraper des agents pathogènes néfastes si les aiguilles et les surfaces de travail ne sont pas stérilisées », a-t-il déclaré à la publication.

« Le tatouage de la sclère, la partie blanche de l'œil, peut endommager l'œil de façon permanente et donc avoir un impact sur la vue ».

« Cette procédure non médicale est encore relativement nouvelle et nous ignorons donc s'il y a des effets à long terme ou un risque permanent sur la vision et la santé oculaire ».

Si vous envisagez de vous faire tatouer les globes oculaires, Henry Leonard recommande d’en parler avec votre optométriste ou une clinique d’ophtalmologie du NHS afin d’obtenir de plus amples informations et mieux connaître les risques potentiels sur la santé oculaire.

Marie Claire Dorking