Une jeune femme souffrant d’acné arrête de se maquiller et sa peau n’a jamais été aussi belle

·Journaliste

Une journaliste beauté américaine a décidé d’arrêter de se maquiller pendant trois mois. Après des années passées à camoufler son acné et ses cicatrices avec 10 000 produis, elle a laissé sa peau respirer. Et comme on pouvait s’en douter, son teint n’a jamais été aussi lumineux. Parce que oui, les beauty addict, vous asphyxiez votre épiderme au quotidien.

(c) Getty Images
(c) Getty Images

Comme beaucoup de demoiselles, Jessica L. Yarbough adore le maquillage. Elle en a même fait son métier puisqu’elle est devenue journaliste beauté. Autant dire que prendre soin d’elle, tester de nouveaux produits et se maquiller, ça la connait. Sur le site américain pour lequel elle travaille – Zoe Report – elle explique qu’elle porte du fond de teint depuis qu’elle est ado, surtout pour cacher son acné. Jusqu’ici, elle ressemble à toutes ses copines de classe. Rien à signaler. Sauf qu’elle complexe tout de même beaucoup et ne sort jamais de chez elle sans être passée par un ravalement de façade.

Voir cette publication sur Instagram

Oh, just selfie-ing in a bed of flowers on set with #teamfame x @floralux.

Une publication partagée par Jessica L. Yarbrough (DeFino) (@jessicalyarbrough) le 31 Août 2016 à 1 :08 PDT

Voir cette publication sur Instagram

Monday mornings are for car selfies. #idressforme

Une publication partagée par Jessica L. Yarbrough (DeFino) (@jessicalyarbrough) le 25 Avril 2016 à 11 :45 PDT

Voir cette publication sur Instagram

My transition into New Girl’s Jessica Day is nearly complete. #ootd #idressforme

Une publication partagée par Jessica L. Yarbrough (DeFino) (@jessicalyarbrough) le 9 Août 2016 à 3 :47 PDT

Voir cette publication sur Instagram

Fresh chop.

Une publication partagée par Jessica L. Yarbrough (DeFino) (@jessicalyarbrough) le 29 Oct. 2017 à 6 :27 PDT

Une leçon de #bodyacceptance
Mais il y a quelques années, la jeune femme est victime d’une dermatite – une maladie de peau qui provoque des plaques rouges autour des yeux et de la bouche. Pas le choix : son dermato lui ordonne d’arrêter de se maquiller. Déjà que ce n’est pas marrant de ressembler à quelqu’un qui a un peu abusé du rosé ou qui s’est tapé un bon coup de soleil pendant ses vacances à St Trop… On imagine que ça n’a pas dû être simple de ne pas pouvoir estomper un minimum ses rougeurs.

Et c’était sans compter sur des remarques bien sympas au bureau. Jessica raconte qu’un de ses collègues lui a quand même demandé si elle était contagieuse le temps d’un voyage en ascenseur (à ton avis, si je ne suis pas en arrêt maladie ?) et que sa boss lui a organisé une petite réunion pour soi-disant la rassurer en lui disant qu’elle était toujours aussi jolie. #lesgens

Évidemment dès que son traitement s’est terminé, la spécialiste beauté a recommencé à se tartiner tous les jours le visage de 30 couches de fond de teint. Et elle n’a pas vraiment gagné confiance en elle, forcément. Mais dans chaque expérience (aussi désagréable qu’elle soit), il y a toujours une leçon à en tirer. 3615 philosophie pas chère. La preuve, c’est que la jolie brune a décidé d’arrêter d’entamer une no make-up routine. Pourquoi ? Pour arrêter de se cacher et assumer pleinement qui elle est (avec ses marques et ses cicatrices).

Une cure détox
Cette fois-ci, ce n’était pas à cause d’un problème de peau mais simplement pour voir ce que cela allait donner et si elle pouvait s’accepter telle qu’elle est, sans artifice. “Récemment, je me suis demandée à quoi ressemblerait ma vie sans maquillage. S’il était possible pour moi d’être à l’aise avec moi-même au naturel, d’assumer mes cicatrices d’acné, ma dermatite et tout le reste”, a-t-elle confié. On ne va pas se mentir, la première semaine, c’est compliqué. Comme toute nouvelle habitude ou la 36ème tentative de régime, les premiers jours sont les plus durs.

“J’ai évité de sortir et me de me sociabiliser, de peur que les gens ne me jugent (…) Je portais chaque jour un pantalon de jogging et un vieux tee-shirt car mes tenues plus habillées paraissaient déséquilibrées sans maquillage”, a révélé la journaliste avant d’affirmer qu’elle se sentait mieux dans ses baskets dès la deuxième semaine de test. Et surtout, que le fameux regard des autres qui la rendait complètement parano était en réalité quasi inexistant. “Personne ne me regardait bizarrement, j’ai compris que j’étais ma pire ennemie et que chacun était déjà occupé avec ses propres complexes, qu’il s’agisse d’une cicatrice, d’un grain de beauté ou d’un bouton”, peut-on lire sur le site.

Là où l’expérience devient intéressante, c’est que plus Jessica ne se maquillait pas, plus sa peau se transformait. Après plusieurs mois à laisser respirer ses pores, ne pas utiliser de démaquillant et ne pas étouffer sa peau en utilisant une tonne de produits pas toujours sains… Elle n’a quasiment plus d’imperfections et a vraiment bonne mine. “Ce n’est pas vraiment une surprise, mais moins je porte de maquillage, moins j’ai ‘besoin’ de me maquiller (…) Sans fond de teint ni correcteur, mes pores ne se bouchent plus, ce qui a considérablement amélioré la qualité de ma peau. (…) Après trois mois sans maquillage, ma peau suffoque quand je porte du fond de teint sur tout mon visage”, a constaté l’auteure qui a troqué ses 30 minutes de mise en beauté quotidiennes pour une séance de méditation.

Si vous ne la croyez pas, elle a posté des photos sur son compte Instagram, et le résultat est tout simplement bluffant.

Voir cette publication sur Instagram

New story up on @thezoereport—how I healed my skin after steroids (and a shitty dermatologist) ruined it 🙌🏻 link in bio

Une publication partagée par Jessica L. Yarbrough (DeFino) (@jessicalyarbrough) le 23 Oct. 2018 à 3 :59 PDT

Voir cette publication sur Instagram

This disastrous curly bangs situation may actually be turning out OK.

Une publication partagée par Jessica L. Yarbrough (DeFino) (@jessicalyarbrough) le 20 Oct. 2018 à 7 :50 PDT

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles