Vernis semi-permanent : on craque ou pas ?

Jeanne Deroo

Il envahit les nail bars et certaines manucure addicts ne peuvent déjà plus s’en passer, mais ce vernis-gel est-il vraiment si génial ? Enquête.

Le vernis semi-permanent : qu’est-ce que c’est ?

Un gel acrylique coloré qu’une pro pose au pinceau sur les ongles et qui durcit sous les rayons d’une lampe UV. On choisit une couleur (il en existe des dizaines), pour se la jouer fashion, ou un nude transparent, pour avoir les ongles juste brillants et impeccables. Ça tient deux semaines, au-delà ça s’écaille et on voit trop la repousse de l’ongle. Moins costaud et moins abrasif que les classiques « résine de construction », mais bien plus résistant qu’un simple vernis à ongles, ce gel ne craint ni le lavage de vaisselle ni le jardinage, bref, ne s’abîmant pas, il permet de mener une vie normale.

Ça fait quel effet sur les ongles ?

On ne voit quasiment pas de différence avec un vernis classique. La couleur est bien brillante et c’est à peine plus épais. Rien à voir avec les affreuses capsules aux bords surdimensionnés.

Faut-il se méfier du vernis semi-permanent ?

Non, si on respecte ces deux commandements : premièrement, on ne doit pas en abuser. Trois fois de suite, c’est-à-dire six semaines de vernis semi-permanent, c’est le maximum.On laisse ensuite ses ongles tranquilles pendant un mois si on ne veut pas les fragiliser. Deuxièmement, quand il s’agit de l’enlever, l’esthéticienne doit bien maîtriser la technique, car la solution de fonte à base d’acétone peut provoquer des irritations de la peau autour de l’ongle (lire plus loin « Comment l’enlève-t-on ? »)....

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi