Publicité

Ce village des Yvelines à deux pas de Paris, idéal pour un week-end au vert, abrite un hôtel aux allures de Poudlard

Parfois, nul besoin de s’aventurer bien loin de Paris, pour se sentir complétement dépaysé. À un peu moins d’une quarantaine de kilomètres de la capitale, soit à environ une heure de voiture ou 40 minutes de TER, le département des Yvelines cache un petit village qui se révèle être un véritable joyau bucolique dont les paysages semblent tout droits sortis d’une image d’Epinal. Le genre d’endroits où l’on a l’impression d’avoir fait un voyage à travers le temps ou au moins d’avoir atterri dans un monde à part comme on en pourrait en voir dans les films fantastiques. Cernay-la-ville est de ces communes pittoresques où il fait bon se rendre lorsqu’on a besoin de se mettre au vert. Niché dans les collines de la vallée de Chevreuse, le village verdoyant est aussi réputé pour ses maisons en briques rouges et son architecture traditionnelle héritée du XVIIIe siècle que pour sa sublime abbaye, récemment renovée et transformée en un hôtel digne du château de Poudlard dans Harry Potter. Ancien monastère cistercien datant du XIIe siècle, la bâtisse plantée au milieu d’un parc de 80 hectares se fait depuis quelque mois domaine hôtelier de luxe, sous la houlette du groupe Paris Society.

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Abbaye des Vaux-de-Cernay (@abbayedesvauxdecernay_hotel)

L'Abbaye des Vaux-de-Cernay, le Poudlard francilien ?

Le lieu, dont le décor (...)

Lire la suite sur Grazia

Voici pourquoi vous devriez manger un dessert après chaque repas pour rester "fit"
D’après un gastro-entérologue, il faudrait consommer une cuillère à soupe de cet oléagineux tous les jours pour ne jamais tomber malade
Lindsay Lohan, star d’une comédie romantique : la bande-annonce de son prochain film Netflix affole la toile
Pamela Anderson sans maquillage : à 56 ans, elle se la joue sans filtre et cela lui va à ravir !
Selena Gomez pose en look rétro et dévoile ses jambes sexy : le commentaire de Benny Blanco en dit long