Publicité

Mathias Vicherat : retour mouvementé à Sciences Po suite aux accusations de violences conjugales

Mathias Vicherat, visé par une enquête pour violences conjugales, a repris ses fonctions de directeur de Sciences Po lundi 29 janvier.

Mis à jour le 29 janvier à 19h05 - Des étudiants ont bloqué Sciences Po Paris, ainsi que des campus en France, pour protester contre le retour et demander la démission de son directeur Mathias Vicherat, entendu en décembre par la police dans une enquête pour violences conjugales. Le haut fonctionnaire de 45 ans, accusé de  violences conjugales devra se déporter des sujets liés aux violences sexuelles et sexistes (VSS), a-t-on appris jeudi 25 janvier de source proche.

Ce lundi, « deux sites de Sciences Po Paris sont bloqués par une cinquantaine d'élèves, sur un total de 9 000 élèves », a indiqué la direction de l'établissement, selon qui les campus décentralisés de l'établissement à « Reims, Nancy, Poitiers, Le Havre sont également bloqués ».

Lire aussi >>  La justice saisie pour soupçons de viol à Sciences Po Paris

« Prendre les dispositions nécessaires pour traiter les questions liées aux VSS »

La commission qui rassemble les bureaux des différents conseils de Sciences Po (conseil d'administration, de l'institut, de la vie étudiante et de la formation, scientifique), qui a validé le retour de Mathias Vicherat pour le 29 janvier, a communiqué en interne sur les conditions de ce retour. Dans un message adressé aux étudiants et personnels, dont l'AFP a obtenu copie, cette commission estime que la mise en garde à vue de Mathias Vicherat « a été dommageable pour Sciences Po et pour toutes les personnes qui y travaillent et y étudient...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi