Publicité

Violences sexuelles : en Seine-Saint-Denis, plus de la moitié des enfants placés subissent de nouvelles agressions

Dans la majorité des cas, les agressions sexuelles ou viols sur enfants surviennent dans le cadre familial. Mais une fois placés par l’Aide sociale à l’enfance, le calvaire continue, selon une étude présentée par l’Observatoire des violences de la Seine-Saint-Denis, ce jeudi 9 mars 2023.

Les derniers chiffres sur les violences sexuelles envers les enfants font froid dans le dos. L’Observatoire départemental des violences envers les femmes de la Seine-Saint-Denis a tiré la sonnette d’alarme ce jeudi 9 mars 2023, lors de ses 21es rencontres à Bobigny. Pour mener cette étude, l’Aide sociale à l’enfance (ASE) du département a examiné, au cours de l’année 2022, cent dossiers d’enfants placés après avoir subi des agressions sexuelles ou des viols. Pour 57 enfants sur 100, soit plus de la moitié, les violences sexuelles se sont poursuivies après leur prise en charge, rapporte « 20 minutes ». Des données dévoilées trois jours après l’annonce d’Elisabeth Borne d’une création de « pôles spécialisés » sur les violences intrafamiliales au tribunal.

Généralement, ces agressions sont commises au sein du foyer d’accueil dans lequel les enfants sont placés, parfois par d’autres mineurs, ou au domicile des parents, quand ces derniers bénéficient d’un droit de visite ou d’hébergement. « Concernant les violences commises dans les foyers, ce n’est pas une surprise. Ce qui est une surprise, c’est que l’Observatoire et l’ASE aient le courage de le dire », souligne Édouard Durand, ancien juge pour enfants et coprésident de la commission indépendante sur l’inceste et les violences sexuelles faites aux enfants (Ciivise), cité par « Le Parisien ». Les enfants accusent 234 agresseurs.

Lire...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi