1 / 7

Visite privée : comment transformer 35 m2 en cocon design et lumineux

Travertin, béton rose, tissus légers, tapis douillets… on se croirait quelque part entre une finca d’Ibiza et un riad marocain. C’est pourtant dans le 18e arrondissement de Paris que l’architecte d’intérieur Rebecca Benichou, de Batiik Studio, a posé ses valises et ses souvenirs de voyage. « Je voulais un lieu où je me sente en vacances toute l’année », s’amuse cette trentenaire qui ne chôme jamais et a déjà signé de jolis projets, dont la galerie parisienne Amélie Maison d’Art et l’appartement de sa fondatrice Amélie du Chalard. Dans ces 35 mètres carrés, elle s’est livrée à une partie de chamboule-tout pour offrir une bouffée d’air à l’espace. Exit les cloisons qui se dressaient de part et d’autre des fenêtres. Seuls, la petite salle de bains côté chambre et le couloir de l’entrée ont été conservés. Rebecca Benichou a illuminé l’ensemble d’un blanc solaire et réchauffé le sol avec un béton blush réinterprétant de manière contemporaine les sols en terre cuite des villas méditerranéennes. Et le voyage se poursuit dans la chambre : « Je rêvais, dit-elle, d’une boîte ouverte sur le salon, un cocon blanc et pur, adouci par une arche et des voilages pour l’isoler sans le priver de lumière. » Autour de cette pièce maîtresse du décor, le puzzle a pris forme. Tandis qu’une grande table ovale dessinée par l’architecte d’intérieur répond aux rondeurs de l’alcôve et souligne les contours de la salle à manger, la cuisine en travertin fait magistralement profil bas, avec une vitre en partie haute laissant pénétrer la lumière dans la chambre. L’exposition ? Plein sud, quelle question ! © David Ha

Visite privée : comment transformer 35 m2 en cocon design et lumineux

Entre esprit Riviera et inspiration seventies, l‘architecte d’intérieur Rebecca Benichou de Batiik Studio a su insuffler l’esprit pur et frais d’une maison d’été à un charmant deux-pièces.Travertin, béton rose, tissus légers, tapis douillets… on se croirait quelque part entre une finca d’Ibiza et un riad marocain. C’est pourtant dans le 18e arrondissement de Paris que l’architecte d’intérieur Rebecca Benichou, de Batiik Studio, a posé ses valises et ses souvenirs de voyage. « Je voulais un lieu où je me sente en vacances toute l’année », s’amuse cette trentenaire qui ne chôme jamais et a déjà signé de jolis projets, dont la galerie parisienne Amélie Maison d’Art et l’appartement de sa fondatrice Amélie du Chalard. Dans ces 35 mètres carrés, elle s’est livrée à une partie de chamboule-tout pour offrir une bouffée d’air à l’espace. Exit les cloisons qui se dressaient de part et d’autre des fenêtres. Seuls, la petite salle de bains côté chambre et le couloir de l’entrée ont été conservés. Rebecca Benichou a illuminé l’ensemble d’un blanc solaire et réchauffé le sol avec un béton blush réinterprétant de manière contemporaine les sols en terre cuite des villas méditerranéennes. Et le voyage se poursuit dans la chambre : « Je rêvais, dit-elle, d’une boîte ouverte sur le salon, un cocon blanc et pur, adouci par une arche et des voilages pour l’isoler sans le priver de lumière. » Autour de cette pièce maîtresse du décor, le puzzle a pris forme. Tandis qu’une grande table ovale dessinée par l’architecte d’intérieur répond aux rondeurs de l’alcôve et souligne les contours de la salle à manger, la cuisine en travertin fait magistralement profil bas, avec une vitre en partie haute laissant pénétrer la lumière dans la chambre. L’exposition ? Plein sud, quelle question ! © David Ha