"Je me voyais pleurer dans ma loge" : les confidences déchirantes de Chantal Ladesou sur la mort de son enfant

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Chantal Ladesou a dû vivre le cauchemar de tous les parents. En 1996, l'actrice et humoriste a dû faire face à la plus tragique perte qu'il puisse y avoir : celle d'un enfant. Son fils aîné était âgé de 21 ans lorsqu'il trouve la mort dans un accident de la route. Le décès du jeune homme a été un "choc énorme" pour sa mère, comme révélé en novembre 2021 dans l'émission Extravagantes, diffusée sur Paris Première. Cette épreuve, Chantal Ladesou a su la surpasser avec les années, malgré la douleur. "La vie est plus forte et j'aime tellement la vie que j'ai surpassé ça. C'est toujours en moi. C'est-à-dire que j'y pense tous les jours. Mais la vie est là, la famille aussi", avait-elle confié. Et outre son entourage, l'artiste a su trouver un réconfort auprès de sa passion pour la scène, et aussi grâce au soutien de son public. Un lot de consolation auquel elle ne s'attendait pas.

Chantal Ladesou n'avait plus le goût à rien après avoir appris la mort de son enfant, comme évoqué samedi 11 juin 2022 dans l'émission 50' inside. "J'avais préparé une pièce avant de le perdre, et mes camarades m'ont forcé à revenir sur scène. Incroyable. Je leur ai dit : 'Je ne peux pas'", a-t-elle confié face à Nikos Aliagas. Heureusement, ses amis ne l'ont pas écouté et ont encore plus insisté. "Si, viens !", lui ont-il lancé. Ce qui a porté ses fruits : "Le fait de revenir... Je me vois pleurer dans ma loge, puis arrivée sur scène, je me vois jouer différemment. Ça m'a terriblement aidé. Les gens vous donnent (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles