Publicité

"Un vote historique" : les députés adoptent l'inscription de l'IVG dans la Constitution

"Un vote historique" : les députés adoptent l'inscription de l'IVG dans la Constitution - Abaca
"Un vote historique" : les députés adoptent l'inscription de l'IVG dans la Constitution - Abaca

A raison de 493 voix pour, et 30 voix contre, le texte en faveur de l'inscription de l'IVG de la Constitution vient d'être validé à l'Assemblée nationale. C'est une étape majeure de franchie.

Ca y est ! A la grande question, 'Le droit à l'avortement doit-il figurer dans la Constitution ?', l'Assemblée nationale a rétorqué : OUI. A raison de 493 voix pour, et 30 voix contre, le texte en faveur de l'inscription de l'IVG de la Constitution vient d'être validé par les députés.

C'est une étape majeure de franchie. Le 1er février 2023, le Sénat votait pour l'inscription dans la Constitution de la "liberté de la femme" de recourir à l'IVG, vote positif avec 166 voix contre 152. Depuis, le texte a fait l'objet d'une présentation auprès du Conseil des ministres. Pour que le passage de texte soit effectif, il exige une approbation majoritaire de l'assemblée... et du Sénat.

Pour les élus de l'Assemblée nationale, c'est fait. Le texte qui "détermine les conditions dans lesquelles s'exerce la liberté garantie à la femme d'avoir recours à l'avortement" a semble-t-il fait l'unanimité, notamment au sein des élus de gauche qui ont approuvé la chose avec un grand consensus.

Et maintenant ?

Le Sénat : un obstacle ?

A l'aube de février, tous les regards se tournent désormais vers le Sénat. Sachant que l'on connaît l'opinion de son président : Gérard Larcher. Ce dernier s'était ouvertement opposé au projet de loi constitutionnelle, assurant par ailleurs : "je ne pense pas que l'interruption volontaire de grossesse soit menacée dans notre pays".

Une prise de parole largement commentée par les militantes...

Lire la suite


À lire aussi

"Elaha", le puissant portrait d'une jeune femme en quête d'émancipation
Benoît Jacquot, Jacques Doillon et #MeToo : la fin de tout un système ?
"Il lui a donné 19 coups..." : face au retour de Bertrand Cantat, l'indignation