Waze, Coyote… Les automobilistes sont finalement autorisés à signaler les radars

·1 min de lecture

Les applications qui proposent de signaler les radars pourront continuer à le faire. Le Conseil constitutionnel avait été saisi pour une disposition pas encore appliquée du Code de la route.

Peut-on interdire aux automobilistes de signaler les radars sur les applications d’assistant et d’aide à la conduite ? La question vient d’être tranchée par le Conseil constitutionnel, est la réponse est non. « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme. Ce droit implique la liberté d'accéder à ces services et de s'y exprimer », peut-on lire dans un communiqué. Les Sages avaient été saisis d’une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) - une procédure permettant de contester une disposition législative-, concernant un article non encore appliqué du Code de la route (loi du 24 décembre 2019) qui prévoyait l’interdiction totale « de rediffuser les messages et indications émis par les utilisateurs de ce service ».

Des exceptions prévues

Si le Conseil constitutionnel a reconnu une atteinte à la liberté d’expression, elle a cependant admis quelques exceptions. Dans certaines situations, il sera ainsi possible d’interdire le partage d’information. « Dans le cas de contrôles routiers impliquant l'interception des véhicules, et pour procéder à des contrôles d'alcoolémie et de l'usage de stupéfiants, à certains contrôles d'identité, visites de véhicules et fouilles de bagages, à des recherches ordonnées par les autorités judiciaires », ont-ils précisé.

Décision n° 2021-948 QPC du 24 novembre 2021, Société Coyote system...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles