Publicité

Zahia Ziouani, l'une des rares cheffes d'orchestre françaises, raconte sa bataille pour l'égalité

La bataille de la cheffe d'orchestre Zahia Ziouani pour l'égalité femmes-hommes dans la musique - Guy Ferrandis
La bataille de la cheffe d'orchestre Zahia Ziouani pour l'égalité femmes-hommes dans la musique - Guy Ferrandis

La France compte moins de 4% de femmes cheffes d'orchestre. Zahia Ziouani est l'une d'entre elles. Et son extraordinaire parcours a inspiré un film, le joli "Divertimento", en salle ce 25 janvier. Nous avons rencontré cette musicienne passionnément engagée pour parler d'égalité.

Toute jeune déjà, Zahia Ziouani vivait, rêvait, respirait musique. Son rêve ? Tenir la baguette et devenir cheffe d'orchestre. Et ce en dépit de l'absence quasi totale de rôle-modèles. Cible des micro-agressions classistes, sexistes et racistes, la musicienne originaire de Pantin ne variera jamais de cap, traçant sa route à force de détermination et de talent.

Aujourd'hui, Zahia Ziouani, 44 ans, a atteint son objectif : elle est l'une des rares cheffes d'orchestre françaises dans un pays qui n'en compte que 4%. Consciente qu'elle ne pouvait compter que sur elle-même pour bousculer le milieu élitiste et très cloisonné de la musique classique, la maestra a créé en 1998 son propre orchestre symphonique, Divertimento. Basée en Seine-Saint-Denis, cette formation réunit 70 instrumentistes passionnés et se donne comme mission de démocratiser le classique, de l'ancrer dans le quotidien et sur tous les territoires.

Le fabuleux destin de Zahia Ziouani a inspiré la réalisatrice Marie-Castille Mention-Schaar qui lui consacre un film, Divertimento, en salle ce 25 janvier. Un joli biopic, ode à la transmission, qui revient notamment sur sa rencontre avec son mentor, le maestro Sergiu Celibidache (le toujours fabuleux Niels Arestrup) et insiste sur la persévérance de la jeune mélomane (interprétée par l'épatante Oulaya Amamra) face aux obstacles.

Nous avons rencontré la cheffe engagée pour parler des missions d'égalité qu'elle s'est fixées.

...

Lire la suite


À lire aussi

"Retour à Séoul", la quête éperdue d'une héroïne incandescente
Comment je fais garder mon enfant quand l'école fait grève ?
Faudrait-il copier le protocole "No Callem" qui a permis d'arrêter le footballeur Dani Alves ?