À son procès pour viol, Benjamin Mendy dément être un « danger pour les femmes »

© SIPA

Le joueur de football Benjamin Mendy a démenti être un « danger pour les femmes » mercredi durant le procès où il est accusé de sept viols, mais a affirmé regretter un mode de vie « fou », comme « un train lancé à toute vitesse ».

Âgé de 28 ans, le défenseur français, suspendu depuis un an par Manchester City, est jugé depuis début août à Chester, dans le nord de l’Angleterre. Il est accusé de sept viols, d’une tentative de viol et d’une agression sexuelle contre sept femmes. Les faits se seraient déroulés entre octobre 2018 et août 2021 à son domicile de Prestbury, dans le Cheshire. Le joueur, qui plaide non coupable, risque la prison à perpétuité.

Après des mois consacrés à l’accusation, la défense du joueur a désormais aussi la parole, et Benjamin Mendy a commencé à témoigner depuis lundi. Interrogé par le procureur sur les fêtes organisées à son domicile ou dans un appartement loué à Manchester malgré les restrictions liées à la pandémie de Covid-19, Benjamin Mendy a répondu : « à l’époque, je faisais seulement la fête. Je ne pensais pas clairement ».

LIRE AUSSI >> Benjamin Mendy présenté comme un « prédateur » lors de son procès pour viols et agression sexuelle

Un danger pour les femmes

« Vous étiez un danger pour les femmes, n’est-ce pas ? », a insisté le procureur. « Non, jamais », a répondu le joueur, qui assure n’avoir eu que des rapports sexuels consentis. « J’étais fou. Je prenais des risques. Les fêtes, les règles du Covid… c’était comme un train lancé à toute vitesse et qui roulait sans s’arrêter jusqu’à ce que j’aille en prison, où j’ai été pour la première fois seul, et où j’ai pu penser à...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi