États-Unis : la docteure qui a aidé une fillette à avorter après un viol menacée de poursuites

© Larry Marano/Shutterstock/SIPA

Les autorités de l'Indiana ont annoncé enquêter sur une gynécologue qui a aidé une fillette de dix ans à avorter après un viol. Un dossier qui cristallise les débats sur la volte-face de la Cour suprême des Etats-Unis.

La docteure Caitlin Bernard a rapporté début juillet à plusieurs médias avoir reçu la petite fille à Indianapolis après avoir été contacté par un confrère d'Ohio. Dans cet État du Nord, voisin de l'Indiana, la décision de la Cour suprême, le 24 juin, de ne plus garantir le droit à interrompre une grossesse, a immédiatement permis l'entrée en vigueur d'une loi interdisant d'avorter après six semaines de grossesse.

Lire aussi >> États-Unis : 6 questions sur le droit à l’avortement et sa remise en cause par la Cour suprême

Or la fillette, violée en mai par un homme qui a été arrêté mardi, avait dépassé ce terme. Elle s'est donc rendue dans l'Indiana, où les IVG restent légales jusqu'à 21 semaines de grossesse. Mais les responsables de l'État, à majorité républicaine, sont hostiles au droit à l'avortement et envisagent d'interdire à leur tour la procédure.

« Déjà traumatisée et désormais obligée de se rendre dans un autre Etat ! »

En attendant, le procureur général de l'État s'en est pris mercredi soir au Dr Bernard, l'accusant de ne pas avoir signalé aux autorités le dossier de la fillette, comme la loi locale l'y oblige en matière de pédocriminalité. « Nous avons cette militante pro-avortement, qui se prétend docteure, et est connue pour ne pas effectuer les signalements requis », a déclaré Todd Rokita, un homme politique républicain, sur la chaîne Fox News. « Donc, nous rassemblons les informations, les...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles