Être militante féministe en 1968 vs 2022 : deux générations témoignent en vidéo

Combats, perception, non-mixité… Léna et Monique, deux militantes féministes de deux générations différentes échangent autour de leurs engagements dans ce troisième épisode de notre série « Entre elles ».

Plus de 50 ans les séparent, pourtant Léna et Monique ont un point commun : elles sont toutes les deux militantes féministes. À deux époques très différentes, elles se sont engagées pour défendre l’égalité femmes-hommes et les droits des femmes. Dans ce troisième épisode de notre série vidéo « Entre elles », elles racontent comment elles ont vécu et vivent encore leur militantisme.

Lire aussi >> Entre elles : « J’ai avorté à 15 ans dans les années 70 : ma vie en dépendait »

« On les a fait se lever et on les a mis dehors »

Monique fait partie d’une génération où « les enfants n’avaient pas le droit à la parole et ou les pères étaient autoritaires avec leurs femmes et [les] mères ». Elle a grandi avec mai 68 et les luttes menées par les féministes à l’origine du MLF dont elle faisait partie.

Le premier souvenir qu’elle a de son engagement remonte à 1971. Alors qu’elle assiste à une assemblée du mouvement, plusieurs hommes dans la salle enchaînent les remarques sexistes à l’encontre des femmes qui prennent la parole. « Pourquoi elle parle ? Elle a de beaux seins ! J’aimerais bien me la taper ! », entend-elle. « On s’est regardées à quelques unes dans la salle, on est allées vers les copains en question, on les a pris par le col, on les a fait se lever et on les a mis dehors », se rappelle Monique. À partir de ce moment-là, le MLF a été déclaré non-mixte.

Sentiment de colère

Réserver les groupes de...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles