3 jours pour découvrir Essaouira

© Getty Images/iStockphoto

En 1760 , le sultan Mohammed ben Abdallah confie à un architecte français, disciple de Vauban, le soin d’ériger une ville nouvelle. Ainsi Essaouira, d'abord appelée Mogador, devient le plus grand port du Maroc. Venues de Tombouctou, les caravanes y déchargent or et ivoire tandis que le Danemark et la France y établissent des consulats. Après la création de Casablanca, Mogador devient une ville provinciale, vidée de ses communautés juives et européennes jusqu’à l’arrivée des hippies.

"Aujourd’hui, comme le dit son jeune maire Tarik Ottmani, la ville revit grâce à la culture". Elle le doit pour beaucoup à André Azoulay, ancien banquier et conseiller des rois Hassan II et Mohammed VI, qui a créé les festivals de la cité et contribué au rapprochement entre le Palais et la communauté juive. Puisque tout a commencé par le port, allons y dévorer des sardines grillées au milieu des goélands, chalutiers bleus et filets de pêche. Puis, visitons le musée d'histoire locale, Bayt Dakira, que Mohammed VI a inauguré en 2020 aux côtés d’André Azoulay et de sa fille, Audrey, directrice de l’Unesco.... Remarquablement rénovée, cette maison abrite une synagogue, une Torah du XVIIe siècle, et conte l’épopée de quelques familles comme les Ohana qui régnaient sur le commerce de la plume d’autruche. Gagnons ensuite la Sqala du Port : les artisans y travaillaient le thuya et l’ébène de Macassar puis grimpons sur les remparts qui servirent de décor à Orson Welles pour son Othello.

Enfin, explorons les (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite