41% des Français croient en l’astrologie : pourquoi ce retour en grâce des astres ?

Carmen Barba
·4 min de lecture

D'après une récente étude IFOP, les Français sont de plus en plus friands d'astrologie. Qu'est-ce qui explique cet engouement progressif pour cette croyance ? Des repères bouleversés par la pandémie, le besoin d'en savoir plus sur son profil amoureux... Les Français s'en réfèrent aux astres pour plusieurs raisons. Shana Lyès, astrologue, aborde la question avec Yahoo.

En 2020, 4 Français sur 10 ont confié croire en l’astrologie. C’est presque la moitié de la population. Ces chiffres, récoltés par l’IFOP avec la Fondation Jean-Jaurès, publiés début décembre, montrent une réelle connivence entre les Français et l’astrologie. Car, si sur les 1007 répondants, 41% avouent croire en l’astrologie, c’est plus que les répondants américains par exemple, qui sont 30% à y croire.

Chez les 18-24 ans, ce besoin est encore plus prégnant. Ils sont près de 70% à croire aux parasciences, autoproclamées "sciences parallèles", tout en n'ayant aucune réelle valeur scientifique. Et ce phénomène n’est pas seulement répandu, il est également en hausse continue depuis au moins une vingtaine d’années.

Besoin de repères

Qu’est-ce qui explique cet engouement envers une pratique poussiéreuse, qui faisait la part belle aux dernières pages des magazines adolescents ?

Shana Lyès est astrologue, fondatrice du compte Instagram @astro.lya et autrice d’Astrologie (éd. HarperCollins). Après des études en communication, la jeune femme a décidé de se consacrer à sa passion pour l’astrologie. Elle distille ses connaissances sur les astres avec ses 200 000 abonnés et les réactions sont nombreuses. Pour l’astrologue, le confinement joue un rôle important dans cet engouement soudain : "Les gens ont besoin de repères. On est dans une situation inédite qui bouscule tous nos premiers repères" explique-t-elle."L’astrologie n’est pas une croyance, mais plus un outil de développement personnel. Chez certains, le confinement a déclenché pas mal de choses. Des envies de changement, des blessures, etc. Pour ces personnes-là, l’astrologie sert de guide."

Sur TikTok, le réseau social des jeunes, les contenus relatifs aux parasciences inondent le réseau. L'intérêt est plus que manifeste. La jeune génération qui consulte l’astrologie représente, d’après les dires de Shana Lyès, des personnes se posant beaucoup de "questions sur leur chemin de vie, leur place à prendre, leur utilité au sein de la société où tout va vite, où tout se passe de manière très soudaine et instantanée."

Interrogée par France Inter, Louise Jussian, chargée d’études à l'Institut IFOP, qui a conduit l'étude avec la Fondation Jean Jaurès, explique qu'avec les parasciences, les jeunes s'approprient des clés de lecture de la société : "Cela dit des jeunes qu'ils sont en rupture avec le monde d'avant la crise, dans un objectif de réassurance, de trouver des clefs de compréhension du monde qui les entoure. La rupture est importante. Il y a une crise de confiance des jeunes envers les institutions, ils remettent en question la science institutionnalisée, les médias, le politique. Les jeunes se réapproprient des clefs de lecture de la société."

Vidéo. Shana Lyès expose les compatibilités amoureuses les plus probables entre les signes astrologiques

Consulter les astres par et pour l’amour

L’astrologie vient-elle colmater des blessures amoureuses ? Le 4 mars dernier, l’astrologue a sorti le bouquin "Astrolove" qui invite à "mieux se connaître grâce à l’astrologie pour une vie amoureuse épanouie". Shana Lyès nous explique qu’elle a écrit ce livre pour "répondre à une vraie problématique". "Le confinement n’aide ni les célibataires, ni les couples. Il y a un vrai besoin dans ce domaine-là. Il y a vraiment une envie de mieux comprendre pourquoi parfois ça paraît bloqué pour les célibataires seuls depuis longtemps ou pourquoi il y a certaines choses qui n’avancent pas pour certains couples." L'astrologie joue alors le rôle de conseiller sentimental.

Le patriarcat contre l'astrologie ?

Si les chiffres de l'IFOP ne permettent pas de distinguer auprès de quel sexe l'astrologie a le plus de succès, de son côté, Shana Lyès explique clairement que ce sont davantage les femmes qui y accordent le plus d'importance. La raison ? Un besoin d'approfondir son développement personnel et une certaine honte des hommes à accorder du crédit à cette pratique. "La société patriarcale veut que les femmes soient sensibles, spirituelles, douces, émotives, émotionnelles. Alors que les hommes sont censés être forts, ne jamais avoir de remise en question, ne jamais avoir un instant de faiblesse où l'on se demande si on est vraiment sur son chemin ou pas, etc."

Peu importe donc les planètes qui nous régissent, sur Terre, l'astrologie, tout comme la société, est aussi victime du patriarcat.

À LIRE AUSSI

>> Peur de l'avenir ? La pandémie pousse les Américains chez les astrologues

>> Sur Youtube, en cabinet ou sur Tiktok, ces jeunes qui consultent des voyants

>> Shana Lyès (astrologue et autrice d'Astrolove) : "Dans l'astrologie, la compatibilité amoureuse c'est la complémentarité et pas la similarité"