Les adeptes du "Dry January" continuent à boire moins le reste de l'année

Wassila Djellouli
Journaliste lifestyle
Crédit Getty

Vous vous sentez lourd et fatigué après des fêtes de fin d'année bien arrosées ? Et si vous tentiez une petite diète d'alcool pour détoxifier votre organisme ? Ne faites pas les yeux ronds, aussi difficile soit-il, le “Dry January” vous donnera de belles satisfactions... Et ce, sur le long terme d’après une récente étude.

Lancé au Royaume-Uni, le “Dry January” invite tous ceux qui veulent prendre soin de leur santé à se passer d'alcool durant tout le mois de janvier. Cette période d'abstinence proposée par l'association Alcohol Change UK, est de plus en plus suivie dans le monde entier, et pour cause : ses bienfaits seraient bien plus nombreux qu'il n'y paraît.

Un regain d'énergie et une perte de poids

93% des participants affirment ressentir une forme d'accomplissement au terme de l'expérience, selon une étude de l'université de Sussex publiée en janvier 2019, réalisée sur 800 adeptes du régime. Le sommeil était de meilleure qualité chez 71% d'entre eux et 51% ont noté une perte de poids, induisant un véritable regain d'énergie.

Crédit Getty

De quoi donner des idées à ceux qui souhaitent mettre toutes les chances de leurs côtés pour concrétiser leurs nouveaux projets. D'autant plus qu'une diète de boissons alcoolisées permet indéniablement de mettre de l'argent de côté. 88% des participants au “Dry January” ont ainsi révélé avoir fait des économies durant le premier mois de l’année.

Un jour supplémentaire sans alcool par semaine

Parmi les résultats de cette étude, un chiffre est bien plus inattendu : huit mois après leurs 31 jours d'abstinence, les participants ont affirmé continuer à boire moins. Le nombre de jours où ils buvaient est même passé de 4,3 à 3,3 par semaine après leur sevrage. La quantité d'alcool ingérée lors des prises avait elle aussi baissé, réduisant leurs épisodes d’ivresse à 2 par mois au lieu de 3. “Le simple fait de passer un mois sans alcool aide les gens à boire moins sur le long terme”, a déclaré dans un communiqué de presse Richard de Visser, qui a coordonné l’étude.

Crédit Getty

Mais cela ne suffit pas toujours à convaincre ceux qui craignent de passer une période triste et de perdre en sociabilité. Pourtant, “soirée sans alcool” ne rime pas forcément avec manque de convivialité.

“S’abstenir de boire pendant 31 jours permet de nous rendre compte que nous n’avons pas besoin d’alcool pour s’amuser, se relaxer et rencontrer du monde”, indique à ce sujet le Dr Richard Piper, président de l’association Alcohol Change UK. “Cela signifie que pour le reste de l’année, nous serons plus en mesure de prendre des décisions concernant notre consommation et d’éviter de boire plus que nous le voulons”. Vu comme ça, cela pourrait peut-être donner envies à certain.e.s de relever le défi.

A LIRE AUSSI

Être dans une relation amoureuse réduirait nos risques de sombrer dans l'alcool

Une étude atteste de l'efficacité de ce régime qui ne nécessite pas de "mieux" manger

Qu'est-ce que le jeûne de dopamines, la nouvelle cure tendance qui ne concerne pas que la nourriture ?