Affaire conclue - "Elle est vraiment ridicule", "L'art de se contredire" : Caroline Margeridon ment sur ses superstitions et exaspère les twittos

Dans le numéro d'
Dans le numéro d'"Affaire conclue" spécial superstitions diffusé ce vendredi 13 janvier, Caroline Margeridon s'est contredite sur ses croyances. (Capture d'écran France 2)

En ce vendredi 13 janvier, France 2 a diffusé un numéro d’”Affaire conclue” consacré aux superstitions. Aux côtés de Sophie Davant, Diane Chatelet, François Cases Bardina, Marie Du Sordet, Stephane Vanhandenhoven et Caroline Margeridon ont ainsi vu défiler plusieurs objets réputés pour porter chance… ou porter malheur. Lors de la vente d’une sculpture en bronze, Caroline Margeridon s’est contredite quant à ses superstitions, ce qui a exaspéré de nombreux internautes.

Êtes-vous paraskevidékatriaphobe ? En d’autres termes, avez-vous peur du vendredi 13 ? Si tel est le cas, le numéro spécial d'"Affaire conclue" consacré aux superstitions diffusé ce vendredi 13 janvier sur France 2 a sans doute fait votre bonheur ou, au contraire, vous a fait fuir ! Cet après-midi, Sophie Davant a ainsi reçu quatre vendeurs venus apporter des objets réputés pour porter bonheur ou, au contraire, être porteurs de malédiction. Le bal des expertises s’est ainsi ouvert avec Sarah, une graphiste passionnée de couture. La jeune femme originaire de Bruxelles est venue avec un lot d’anciennes affiches de la loterie nationale ayant appartenu à son grand-père, lui-même grand collectionneur d’objets en tout genre. Après l’expertise, la jeune vendeuse s’est rendue en salle des ventes pour espérer faire une belle affaire conclue. Avant même de lancer les enchères, Caroline Margeridon s’est confiée quant à ses superstitions : "Moi je ne suis absolument croyante en rien. Maintenant, c’est vrai que je vois une échelle, bêtement, si je suis en train d’écrire un texto, évidemment je vais passer en dessous mais si je la vois peut-être que je vais contourner…" a–t-elle expliqué à ses confrères présents en plateau.

VIDEO - Découvrez la Minute de Sophie Davant

"Il devrait y avoir plus souvent des paons !"

C’était sans compter sur l’arrivée de Virgile, un ingénieur informatique lillois amoureux du Japon venu avec une belle sculpture en bronze d’époque Art déco, représentant un jeune homme jouant de la flûte face à un paon. Horreur : les antiquaires et les brocanteurs détestent les paons qui, pour eux, portent malheur ! Pour quelle raison ? Selon la commissaire-priseur en charge de l’expertise, les yeux de la queue du paon seraient les yeux du diable. De quoi effrayer tout le monde en salle des ventes… à l'exception de Caroline Margeridon qui confiait, quelques instants plus tôt, ne croire en rien. Contre toute attente, à peine arrivé en salle des ventes, Virgile a suscité l’incompréhension et la colère de la célèbre acheteuse : "Virgile, qu’est-ce qui vous a pris ? Vous vouliez venir nous voir, vous vous êtes dit "je vais faire une affaire non conclue en apportant un paon !"" a-t-elle lancé vigoureusement au vendeur. Pour Caroline Margeridon, c’est clair et net : impossible d’enchérir. L’acheteuse et antiquaire s’est mue dans un silence assourdissant pendant toute l’enchère. Cette contradiction de Caroline Margeridon a été remarquée du côté des twittos, nombreux à manifester leur exaspération cet après-midi…

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.