Affaire conclue - "Quelle horreur !", "C'est quoi ce truc ?", "Ça sert à rien !" : cette suspension vendue 2000 euros a fait fuir les internautes

Dans
Dans "Affaire conclue", Marie-Laure est venue avec un lustre hors du commun qui a séduit les acheteurs... mais pas les internautes. (Capture d'écran France 2)

Ce mardi 21 juin, Sophie Davant et toute l'équipe d'"Affaire conclue" ont permis aux téléspectateurs de découvrir de nouveaux objets apportés par les acheteurs. L'émission d'aujourd'hui a notamment été l'occasion de découvrir l'objet de Marie-Laure, une grande mélomane qui joue du saxophone et de l'accordéon, venue avec un objet lumineux hors du commun. Très imposante, cette suspension, véritable création contemporaine, a repoussé de nombreux internautes.

"On adhère... ou pas du tout." Les mots d'Enora Alix, commissaire-priseur d'"Affaire conclue", illustrent parfaitement les discussions qu'a suscité l'objet apporté par Marie-Laure, 61 ans, originaire de Saint-Ouen-du-Breuil, à l'occasion de l'émission diffusée ce mardi 21 juin sur France 2. Aux côtés de Sophie Davant, la vendeuse, grande mélomane, explique que son objet est avant tout décoratif. L'imposante suspension, baptisée "Jellyfish" (traduction de "méduse"), a été disposée à l'époque sur un toit cathédrale. Aujourd'hui, Marie-Laure a déménagé en Charente et n'a plus de toit de ce type. C'est précisément la raison pour laquelle elle se rend à l'émission aujourd'hui. Enora Alix, la commissaire-priseur qui a expertisé la suspension, a d'emblée commenté : "C'est très, très original. On voit tout de suite qu'on est dans la création contemporaine, avec l'idée de recyclage". En effet, cette suspension des années 2000 se compose notamment de gaines torsadées initialement utilisées pour protéger des câbles informatiques. Contenant de très nombreuses petites LED, la suspension, pensée par le designer français Swann Bourotte, offre une lumière bleutée très légère (presque imperceptible). Si l'artiste est encore peu connu aujourd'hui, selon Enora Alix, l'intérêt de cette pièce réside dans le fait de représenter l'esprit d'une époque. Les années 2000 commenceraient en effet à avoir la cote !

VIDEO - Découvrez la Minute de Sophie Davant

"On dirait des boudins blancs pendus dans une boucherie !"

"C'est très très joli" glisse Marie-Laure, peu de temps avant que l'expertise soit faite. La vendeuse a acheté ce lustre neuf en 2013 dans une boutique qui fermait à un prix trois fois moins important que son prix initial, soit 1000 euros. D'après la commissaire-priseur, aujourd'hui, même si ce type de suspension n'est plus produit, il n'est pas encore coté. Le lustre a donc été valorisé comme un objet d'occasion et ainsi estimé 300 euros par Enora Alix. Bien que déçue, Marie-Laure est parvenue à faire une affaire conclue avec Caroline Margeridon pour 2000 euros. Le style de cette suspension originale et son prix de revente ont choqué les internautes !

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles