Publicité

L'APHP ciblée par une plainte après le viol présumé d'une patiente

La mère d’une femme trisomique, qui aurait été agressée par un autre patient dans un hôpital à Paris, a porté plainte contre l’auteur présumé, et contre l’AP-HP, rapportent RMC et « Le Parisien ». Le CHU, au courant des faits, ne les a jamais signalés auprès du procureur.

La mère d’une victime présumée de viol en milieu hospitalier brise la loi du silence. Les faits remontent à fin juillet 2023, rapporte « Le Parisien ». Une femme trisomique âgée de 50 ans, qui souffre depuis 2020 de troubles neurocognitifs type Alzheimer et a perdu l’usage de la parole il y a près d’un an, aurait été agressée sexuellement par un autre patient, au sein de l’hôpital Sainte-Périne-Rossini (AP-HP). Sa mère, âgée de 72 ans, a été contactée par son médecin traitant, qui travaille dans cet établissement gériatrique situé dans le XVIe arrondissement de Paris. Le professionnel de santé lui aurait laissé un message pour lui annoncer qu’« il s’est passé quelque chose de très important ».

La mère de la patiente s’est donc rendue sur place. Le personnel soignant lui a rapporté les faits : le 27 juillet dernier, une aide-soignante vacataire aurait surpris l’homme en question allongé, le pantalon baissé, sur le lit de la patiente, dont la couche a été retirée. L’intrus aurait été évacué de la chambre après que la témoin a prévenu sa hiérarchie. « Ils n’ont rien trouvé. Les draps ont été changés le soir même ou le lendemain », raconte la maman de la victime présumée, interrogée par « Le Parisien ».

Lire aussi >>  Depuis #MeToo, les procédures pour « viol » et « agression sexuelle » ont doublé

Pas de signalement auprès de la justice

L’équipe médicale lui aurait ensuite indiqué avoir...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi