Publicité

Alcool : les femmes pratiquent de plus en plus le "binge drinking", et c'est inquiétant

Alcool : les femmes pratiquent de plus en plus le
Alcool : les femmes pratiquent de plus en plus le "binge drinking", et c'est inquiétant - Adobe Stock

Doit-on s'inquiéter de la consommation d'alcool chez les femmes ? En tout cas, les dernières données de Santé publique France suggèrent de rester alerte !

La consommation d'alcool chez les femmes serait-elle alarmante ? Les dernières données de Santé publique France ont le mérite de poser la question : elles révèlent effectivement une augmentation notable de la "consommation ponctuelle excessive" chez ces dernières. C'est à dire ?

C'est à dire que les femmes de plus de 35 ans ont davantage tendance à consommer plus rarement, mais beaucoup. Jusqu'à 6 verres d'alcool en une seule soirée ! Ces "alcoolisations ponctuelles importantes" peuvent se définir autrement, rappelle ELLE : comme du "binge drinking" !

Autrement dit, pour reprendre les mots du site du Ministère de la santé et des solidarités : "La consommation massive d'alcool dans un temps très court avec une recherche intentionnelle et organisée d'ivresse, consommation ponctuelle qui des effets sur le consommateur lui-même et pour les autres : accidents de la route, violences physiques, morales ou sexuelles, coma éthylique".

Pratique populaire chez les plus jeunes jadis...

Forte chez les trentenaires mais faible chez les plus jeunes ?

Le binge drinking est une pratique dangereuse. On l'associe surtout aux plus jeunes : une consommation excessive à laquelle s'adonne des groupes d'amis durant des soirées trop arrosées. Comme un challenge, visant à tester ses propres limites. Quitte à franchir la ligne rouge.

Mais si en 2020 23,7% de la population âgée de 18 à 75 ans franchissait la ligne rouge en...

Lire la suite


À lire aussi

Teri Hatcher bannie d'une appli de dating... pour une raison improbable !
"Un vote historique" : les députés adoptent l'inscription de l'IVG dans la Constitution
"Les porcs !" : pour Adeline Blondieau, il faut "faire le ménage" à la télé