Amour : pourquoi faut-il se méfier du « lovebombing » ?

·1 min de lecture

Il déborde d’amour et d’attentions dès les premiers rendez-vous ? Charmant… ou bien inquiétant. Il peut s’agir d’un signe de « lovebombing », une technique de séduction qui favorise emprise et manipulation.  

Des attentions, des compliments, des gestes tendres : tant d’indices qui incitent à ne pas se méfier et nous mettent tout de suite en confiance lors d’une nouvelle relation. C’est justement le but du « lovebombing » (littéralement « bombardement d’amour »), une technique de manipulation observée chez les pervers narcissiques. L’objectif de cette approche est d’obtenir l’entière confiance de l’autre et mettre en place une relation d’emprise

Lire aussi >> Du ghosting au célibat revendiqué, l'amour 2.0 décrypté par France Ortelli

S’emparer de l’autre pour mieux dominer 

D’après le « New York Times », c’est ainsi que des personnes manipulatrices obtiennent l’ascendant sur leur partenaire. En les arrosant d’attentions, on donne l’impression d’être l’alter ego, la personne idéale : l’autre ne trouvera jamais mieux. Le but : l’isoler de son entourage et exercer un contrôle sur elle. D’après le média américain, le « lovebombing » est souvent le terreau des violences conjugales : sous une telle emprise, il est difficile de se défaire d’un partenaire manipulateur et violent. On accepte aussi plus facilement des comportements toxiques.  

Comment le reconnaître ?   

Comment faire la différence entre de simples gestes d’amour et du « lovebombing » ? Plusieurs signes distinguent cette technique nocive de l’attention saine, comme le montre une étude menée par le psychiatre Dale Archer et...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

VIDÉO - France Ortelli ("Nos coeurs sauvages") : "On peut se blinder du ghosting en prenant du Doliprane"

 A lire aussi 

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles