Anecdote royale : le jour où la reine d'Angleterre a cru manger du hérisson

·1 min de lecture

Retour sur un royal quiproquo à propos d’une spécialité française.

Remettons l’histoire dans son contexte. Nous sommes en avril 1957, durant la première visite officielle de la jeune reine Elisabeth II et du prince Philip en France. À cette époque, le couple royal est reçu, à l’Elysée par René Coty, alors président de la Quatrième République. 

« Hérisson périgourdin au nid »

Après plusieurs repas gastronomiques, dont un déjeuner à la galerie des Glaces à Versailles, leur séjour se conclut le 10 avril, par un dîner officiel au Louvre, dans la salle des Caryatides aménagée spécialement pour l’occasion. Au menu : « Truite givrée printanière », « Délice de pintade Véronique, Barquette de Lauris », « Pêches glacées Mireille »… Parmi les cinq services proposés, l’annonce d’un plat suscite l’inquiétude del’intendance britannique. Qu’est-ce donc que le « Hérisson périgourdin au nid » ? Les Français·es espèrent-ils faire avaler du hérisson à la reine ? Après tout, nous sommes bien réputés·es pour adorer les escargots et les cuisses de grenouille…

Peu emballée par cette perspective, la reine Elisabeth II demande à son personnel de se renseigner en toute discrétion sur la composition de cette curieuse spécialité. Évidemment, ce fameux « hérisson » n’est en réalité qu’une boule de foie gras piquée de truffes, servie dans un nid de brioche lardée d’amandes effilées. Tout de suite, cela semble bien plus appétissant !
Ce fut en tout cas un soulagement pour la...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles